Euro: comme si Morten Olsen avait toujours été là

le
0
Euro: comme si Morten Olsen avait toujours été là
Euro: comme si Morten Olsen avait toujours été là

COPENHAGUE (Reuters) - Peu d'hommes peuvent se prévaloir d'une plus grande expérience internationale que Morten Olsen, joueur à plus de cent sélections et entraîneur à la centaine de matches sur le banc danois.

A l'Euro, il sera le sélectionneur le plus ancien à son poste, illustration d'une réussite qu'il doit tant à ses joueurs qu'à ses propres qualités, unanimement reconnues.

Réputé pour sa science du jeu et sa facilité d'adaptation sur le terrain, Olsen est l'influent capitaine de la première équipe danoise à s'illustrer en participant à l'Euro en 1984 et 1988 ainsi qu'à la Coupe du monde 1986.

Malgré une position de milieu ratisseur de ballons qui contraint souvent à la faute et un record de sélections - il est le premier Danois à honorer cent capes -, il se distingue en ne recevant qu'un carton jaune sous le maillot national.

En club, il effectue l'essentiel de sa carrière en Belgique. Il y passe quatorze années et termine à Cologne, où il revient en tant qu'entraîneur pour sauver l'équipe de la relégation.

Avant de se porter au secours du club allemand, il a déjà enrichi son palmarès d'entraîneur de deux championnats du Danemark avec Brondby.

Il entraîne ensuite l'Ajax Amsterdam où il joue un rôle majeur dans le recrutement de son compatriote Michael Laudrup, avec lequel il remporte un doublé Coupe-championnat en 1998.

SÉLECTIONNEUR DEPUIS DOUZE ANS

Puis débute, en 2000, un bail parmi les plus longs jamais observés dans le football de sélection, lorsqu'Olsen prend la suite du Suédois Bo Johansson.

Il qualifie le Danemark pour la Coupe du monde 2002 et pour l'Euro 2004, deux compétitions dans lesquelles son équipe franchit le premier tour, notamment en écartant la France du premier Mondial disputé en Asie.

Bien qu'il échoue à emmener les siens à la Coupe du monde 2006, il garde la confiance des dirigeants danois et obtient non seulement une prolongation jusqu'en 2010 mais aussi la mission de développer le football danois à tous les niveaux.

Après avoir raté l'Euro 2008, il offre au Danemark un nouveau baroud international au Mondial sud-africain, après s'être sorti d'un groupe très dense où figuraient notamment le Portugal et la Suède.

Le Danemark se trouve alors à la croisée des générations avec le départ du co-meilleur buteur de l'histoire de la sélection, John Dahl Tomasson, et de l'ailier Jesper Gronkjaer.

Olsen parvient pourtant à tirer le meilleur de son groupe et remporte une nouvelle fois sa campagne de qualification, pour l'Euro 2012, en devançant le Portugal, avant de voir son contrat prorogé jusqu'en 2014.

La recette de ces succès n'a rien d'inconnu. Le Danemark d'Olsen se déploie dans un 4-3-3 sous influence néerlandaise, fait de jeu rapide, au sol, et porté par des ailiers qui aiment à rentrer dans l'axe pour s'ouvrir des espaces.

Comme dans certains clubs européens - l'Ajax Amsterdam ou le FC Barcelone -, le système de jeu est imposé dans toutes les catégories d'âge, à la demande du sélectionneur.

Olsen n'entend pas en changer, son dispositif ayant fait ses preuves face au Portugal, mais il sait s'adapter à l'adversaire.

Bien que le Danemark traverse une période de transition, la clairvoyance de son homme de banc l'autorise toujours à espérer.

Gregory Blachier pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant