Euro: Chevtchenko rend à l'Ukraine une fierté nationale écornée

le
0
Euro: Chevtchenko rend à l'Ukraine une fierté nationale écornée
Euro: Chevtchenko rend à l'Ukraine une fierté nationale écornée

par Richard Balmforth

KIEV (Reuters) - Auteur de deux superbes buts face à la Suède, Andreï Chevtchenko a rendu à l'Ukraine une fierté nationale écornée par les critiques des responsables européens qui ont boycotté les festivités du début de l'Euro pour des raisons politiques.

Le succès enregistré au Stade olympique de Kiev a également redonné l'espoir à tout le pays de voir son équipe se qualifier pour les quarts de finale de la compétition après une préparation jalonnée de déconvenues.

De nombreux Ukrainiens ont passé la nuit à fêter cette victoire inattendue (2-1) et certains sont arrivés en retard au travail mardi matin, arborant fièrement les couleurs de leur sélection sous le regard compréhensif de leur patron.

Même ceux auxquels le ballon rond ne fait pas tourner la tête ont accompli un effort vestimentaire pour l'occasion dans une brusque démonstration de patriotisme.

"Je ne suis pas une grande amatrice de football. Mais au cours de la première période, je me suis dit que si nous gagnions je porterais un maillot de l'Ukraine au bureau", raconte Lesya, une analyste financière de 27 ans, vêtue d'un haut jaune et bleu.

"Pour nous, c'est historique: c'est la première fois que nous organisons une telle compétition et nous remportons une formidable victoire au premier match", sourit-elle.

Outre qu'il constitue une bonne opération sur le plan comptable en vue de l'accesssion aux quarts de finale, ce succès intervient à un moment opportun pour le président Viktor Ianoukovitch, très critiqué par les Occidentaux.

Ces derniers se sont notamment émus du sort réservé à l'ancien Premier ministre et opposante Ioulia Timochenko condamnée à sept ans de prison en octobre dernier et détenue dans un hôpital de Kharkov où elle est soignée pour une hernie discale.

Le sort de Timochenko a accru les tensions entre les Européens et le gouvernement ukrainien qui a refusé son transfert en Allemagne pour qu'elle y soit soignée. Elle reste enfermée à Kharkov où elle est filmée en permanence par des caméras de surveillance dans une pièce sans fenêtre.

DU COGNAC CONTRE LA FRANCE

A cette situation délicate s'étaient ajoutées des accusations de racisme et de violences lors des matches du championnat national.

Les récents résultats de l'équipe nationale avaient inspiré quelques inquiétudes aux autorités ukrainiennes qui redoutaient de voir une mauvaise performance sportive se mêler à un contentieux diplomatique.

En inscrivant deux buts en cinq minutes, Chevtchenko, icône nationale, a effacé toutes les craintes. Il a rendu le sourire à tout un peuple et surtout à son gouvernement.

"C'est tout simplement merveilleux", a commenté Constantin Seriobine, 29 ans, un habitant de Kiev. "Nous aurions dû marquer un troisième but. Nous aurions dû marquer encore."

"J'ai eu un choc. Nous avons tous eu un choc. Nous sommes follement heureux. Nous avons envie de hurler notre joie", raconte Anna Ivantchouk, 18 ans.

Le Premier ministre Mikola Azarov avait parié une bouteille de bière avec les Suédois sur le résultat du match. L'espoir rendant généreux, il propose maintenant une bouteille du meilleur cognac, certain que l'Ukraine va triompher de la France lors du deuxième match vendredi.

"On va sortir le bon cognac, a-t-il dit. Je suis totalement certain de la victoire (sur la France). Je ne sais pas pourquoi mais je suis certain que nous allons gagner."

Les Ukrainiens ont certes pris un départ idéal dans la compétition, retrouvant fierté et confiance. Il n'en reste pas moins qu'ils peuvent encore être éliminés en cas de défaite contre les Français et les Anglais, les deux favoris du groupe.

Pierre Sérisier pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant