Euro: Blanc demande aux Bleus de gagner au moins un match

le
0

PARIS (Reuters) - Laurent Blanc fixe des ambitions modestes à l'équipe de France de football pour l'Euro 2012, estimant que l'objectif des Bleus est de gagner au moins un match.

"Certains pensent que, si on n'est pas en demi-finales, on aura raté notre Euro. Je ne le pense pas. Notre objectif, c'est donc de gagner un match", déclare le sélectionneur dans une interview au Monde daté de samedi.

La France sera opposée en phase de groupe à la Suède, l'Angleterre et l'Ukraine.

Laurent Blanc dément également être en conflit ouvert avec le président de la Fédération française de football (FFF), Noël Le Graët, une polémique alimentée selon lui par les médias.

"Laurent Blanc, nouveau sélectionneur. Noël Le Graët, nouveau président. On a deux personnages. L'un est cévenol, l'autre breton. Deux caractères forts. On va décider qu'ils ne peuvent pas s'entendre. Dès le début, ça a été comme ça", accuse-t-il.

Le sélectionneur répond à ceux qui l'accusent de disposer d'un encadrement pléthorique et coûteux. "C'est la Fédération qui a validé tout ça", affirme-t-il, tout en estimant qu'"on pourrait, bien sûr, améliorer le fonctionnement".

"Mais si on veut retourner dans la cour des grands, il faut regarder ce qui se passe ailleurs. En Espagne, en Allemagne, en Angleterre ou en Italie, les staffs sont autrement plus étoffés et onéreux", dit-il.

?Laurent Blanc reconnaît une "divergence" avec son président sur le renouvellement de son contrat, qu'il souhaitait voir intervenir avant l'Euro, alors que Noël Le Graët ne veut en discuter qu'au vu des résultats au Championnat d'Europe.

"RÉVEILLONS-NOUS !"

Le patron de la Fédération a mis comme préalable à une reconduction du mandat de Blanc une qualification pour les quarts de finale du Championnat d'Europe, qui aura lieu en juin en Pologne et en Ukraine.

L'ancien défenseur central des Bleus demande sur ce sujet de la "lucidité" et sans le dire, juge un tel objectif difficile à atteindre compte tenu du niveau actuel de ses troupes.

"Mais réveillons-nous, arrêtons de vivre sur nos souvenirs ! Nous sommes aujourd'hui 17e au classement de la Fifa et nous nous sommes déjà retrouvés 21e !", ajoute-t-il en soulignant que la France n'a pas gagné un match de phase finale d'une compétition internationale depuis sa finale perdue lors de la Coupe du monde 2006.

Arrivé à la tête de la sélection pendant l'été 2010, après la débâcle sud-africaine, Laurent Blanc estime que le chantier du redressement est loin d'être terminé, et réclame du temps.

"Nous sommes en pleine reconstruction (...) Il y a des choses à améliorer, il y a encore beaucoup de travail, on en est tous conscients, moi le premier. Mais il faut du temps."

"Le Président" reconnaît que les Bleus n'ont toujours pas reconquis le coeur des Français. "C'est par les résultats que l'on arrivera à faire revenir un peu de sérénité et d'amour autour de l'équipe de France. Mais cela va prendre du temps."

Pour lui, l'horizon de la reconquête se situe beaucoup loin. "La vraie échéance pour le football français, c'est l'Euro 2016. Parce qu'on aura eu le temps de se préparer et qu'il y aura une vraie cohésion autour de cet évènement organisé en France", pense-t-il.

Laurent Blanc se voit bien continuer après l'Euro de cette année, au moins jusqu'à la Coupe du monde de 2014 au Brésil. "Bien sûr que j'aie envie d'aller à Rio ! Mon métier me plaît. Je souhaite continuer et espère pouvoir créer les fondations nécessaires au renouveau de l'équipe de France", dit-il.

Pascal Liétout, édité par Henri-Pierre André

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant