Euro: Bert van Marwijk assume l'échec des Pays-Bas

le
0
Euro: Bert van Marwijk assume l'échec des Pays-Bas
Euro: Bert van Marwijk assume l'échec des Pays-Bas

KHARKOV, Ukraine (Reuters) - Le sélectionneur néerlandais Bert van Marwijk a assumé dimanche soir la responsabilité de l'échec des Pays-Bas, éliminés dès le premier tour de l'Euro 2012 en ayant concédé trois défaites en trois matches.

Le technicien des Oranje a toutefois refusé de se prononcer sur la question de son avenir à la tête de l'équipe nationale après cette sortie humiliante pour les vice-champions du monde.

"Je suis responsable de notre faillite dans ce tournoi, mais j'ai un contrat jusqu'en 2016 et pour le moment, je ne pense pas à mon avenir", a-t-il dit après la défaite (2-1) subie face au Portugal à Kharkov.

"Nous avons bien commencé nos matches, nous avons bien commencé ce soir et le scénario était bon dans un premier temps. Mais ensuite il fallait conserver l'avantage et obliger notre adversaire à prendre plus de risques", a-t-il expliqué.

"Mais nous n'avons pas fait ça et nous avons donné deux buts facilement", a-t-il poursuivi.

Les Néerlandais, battus lors des deux premiers matches contre le Danemark puis l'Allemagne, conservaient une petite chance de se qualifier pour les quarts de finale en battant les Portugais par une différence de buts suffisante.

Marwijk a reconnu que cette mission était extrêmement difficile à remplir après une telle entrée dans la compétition.

"C'était une situation particulière. Quand on joue une finale et qu'on égalise on peut espérer aller aux tirs au but et gagner ainsi. Mais nous, nous devions gagner par deux buts d'écart. Nous avons bien commencé mais nous n'avons pas fini le travail" , a-t-il déploré.

"Je suis déçu, je suis responsable mais je ne pense pas à l'avenir. Ce n'est pas le moment de parler de mon avenir".

Marwijk a précisé qu'il avait tenté d'améliorer le jeu de l'équipe qui avait atteint la finale de la Coupe du monde il y a deux ans mais a reconnu ne pas avoir trouvé le bon équilibre.

"Il y a beaucoup de qualités dans cette équipe. Fondamentalement, elle est quasiment la même à une ou deux exceptions près. Nous avions besoin de plus de rythme et de jeunesse mais cela n'était pas facile à mettre en place et il était compliqué de rééditer ce que nous avons réussi il y a deux ans", a-t-il estimé.

Mike Collett, Pierre Sérisier pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant