Euro: Arjen Robben, pièce de cristal

le
0
Euro: Arjen Robben, pièce de cristal
Euro: Arjen Robben, pièce de cristal

par Theo Ruizenaar

ROTTERDAM (Reuters) - Arjen Robben ne connaîtra peut-être jamais de saison sans blessure, mais cette fragilité chronique ne l'empêche pas de demeurer l'un des meilleurs joueurs d'Europe et l'arme fatale des Pays-Bas.

Quand son physique le laisse en paix et qu'il est en forme, Robben, rapide et imprévisible, inspire la crainte à n'importe quelle équipe. Mais le Néerlandais pèche aussi par inconstance, la faute à des muscles qui grincent plus souvent qu'à leur tour.

Ces problèmes répétés ont pesé dans la carrière de Robben qui aurait sans doute pu rester plus de trois saisons à Chelsea ou deux au Real Madrid.

Depuis son arrivée au Bayern Munich en 2009, sa cote est remontée et le club bavarois s'est résolu au fait que son ailier n'est pas en mesure de réaliser une saison pleine.

En sélection, il bénéficie de la même mansuétude.

Une semaine avant la Coupe du monde 2010, Robben s'était blessé à une cuisse et aurait dû être écarté du groupe.

Mais Bert Van Marwijk ayant une confiance aveugle en son joueur, l'équipe médicale l'avait pris en charge une semaine afin de lui permettre de rejoindre ses coéquipiers.

Le troisième match de la phase de groupe, sans enjeu, avait offert une rentrée idéale à Robben, qui avait ensuite marqué en huitièmes contre la Slovaquie et en demies face à l'Uruguay.

En finale, il avait été le seul joueur de son équipe à s'offrir deux occasions de but mais les avait gâchées, notamment un face-à-face avec le gardien espagnol Iker Casillas qui aurait pu changer le cours de l'histoire.

CHAMPION DANS QUATRE PAYS

Depuis, il n'a disputé que trois rencontres amicales avec les "Oranje", contre le Brésil en 2011 et l'Angleterre en février, et une dernière cette semaine face à la Slovaquie.

A Wembley, il a ouvert le score après une course de 60 mètres et scellé le succès des siens dans le temps additionnel.

Ses deux buts illustrent les progrès de Robben, nettement plus efficace depuis qu'il évolue en Bavière.

En cinq saisons à Chelsea et Madrid, il avait inscrit 26 buts en 117 matches. A Munich, il a joué 60 matches lors de ses deux premières saisons et marqué à 39 reprises.

Ce joueur au tempérament bouillant a toutefois raté la frappe la plus importante de sa carrière, il y a deux semaines, lorsqu'il a eu la possibilité d'offrir la Ligue des champions à son club sur un penalty dans la prolongation.

Capable de ratés lourds de conséquences, Robben n'en reste pas moins un joueur au palmarès très fourni.

A 28 ans, il compte déjà cinq titres nationaux gagnés dans les quatre championnats où il a martyrisé les défenseurs latéraux : Pays-Bas, Angleterre, Espagne et Allemagne.

Ces chiffres démontrent pourquoi les équipes techniques et médicales du Bayern comme des Pays-Bas s'évertuent à maintenir Robben en forme : avec lui, une bonne équipe devient une équipe qui gagne.

Les Pays-Bas passent pour un des favoris de l'Euro et Robben peut s'enorgueillir de ne quasiment jamais perdre avec l'équipe nationale. Depuis 2004, il n'est incliné que trois fois en 45 rencontres.

Pour écrire l'ultime ligne manquant à son palmarès - un titre avec son pays -Arjen Robben devra faire au moins aussi bien à l'Euro. Et, bien sûr, ne pas se blesser.

Gregory Blachier pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant