Euro: Alain Boghossian dément toute tension chez les Bleus

le
0
Euro: Alain Boghossian dément toute tension chez les Bleus
Euro: Alain Boghossian dément toute tension chez les Bleus

par Pascal Liétout

DONETSK, Ukraine (Reuters) - Alain Boghossian, l'un des deux adjoints de Laurent Blanc, a démenti jeudi toute tension grave au sein de l'équipe de France et jugé positifs les "échanges" entre joueurs et avec les entraîneurs après la défaite de mardi contre la Suède à l'Euro 2012.

Certains médias français ont fait état d'altercations verbales entre joueurs, mais aussi entre joueurs et entraîneurs, dans le vestiaire immédiatement après le match.

"Il y a eu des échanges dans le vestiaire mais c'est tout à fait normal dans un vestiaire de football et je pense que cela aurait été pire s'il n'y avait rien eu", a déclaré Alain Boghossian.

"On s'est dit les choses, comme dans un couple. Si on ne se dit rien, si on met tout sous le tapis, au bout d'un moment ça explose. On peut maintenant rebondir. Ce qui s'est passé dans le vestiaire, j'espère que ce sera un plus pour le match de samedi" contre l'Espagne, a ajouté l'ancien international.

"Ce trop-plein, il fallait l'évacuer. C'est fait. Pour moi, c'est positif", a-t-il estimé.

L'adjoint de Laurent Blanc a nié que l'état d'esprit au sein du groupe se soit détérioré au point de faire ressurgir le climat délétère ayant miné l'équipe de France lors du fiasco de la Coupe du monde 2010, en Afrique du Sud.

"Ce n'est pas du tout comparable (...) Il n'y a rien de cassé, au contraire. On a fait une petite réunion après le dîner lorsque le calme est revenu pour tout éclaircir. Aujourd'hui, c'est reparti", a dit Alain Boghossian.

"LÂCHER LE CRABE"

L'ancien joueur de Marseille et de Parme a notamment démenti avoir critiqué le défenseur Philippe Mexès, suspendu contre l'Espagne pour avoir écopé contre la Suède d'un deuxième carton jaune depuis le début du tournoi.

"Je n'ai aucun reproche à faire à Philippe et je ne lui en ai fait aucun", a-t-il affirmé, en réfutant aussi certaines informations faisant état d'un vif échange entre Hatem Ben Arfa et Laurent Blanc.

"Il n'y a pas eu d'accrochage plus que cela. Il y a eu une discussion et les deux personnes concernées se sont expliquées. Laurent a remis tout à plat et ils se sont serré la main."

Alain Boghossian s'est par ailleurs voulu rassurant sur l'état de santé de Franck Ribéry et de Samir Nasri, ménagés lors du décrassage de mercredi au centre d'entraînement de Kirsha.

L'attaquant du Bayern souffre d'une ampoule au pied, tandis que celui de Manchester City se ressent encore d'un coup au genou reçu contre la Suède.

"Ce ne sont que des petits bobos d'après-match. Tout le monde sera certainement opérationnel à l'entraînement cet après-midi", a-t-il précisé.

Boghossian, l'une des personnalités du groupe lorsqu'il jouait en sélection, a laissé entendre qu'il regrettait l'absence pour l'instant d'un véritable leader au sein des joueurs, qui pourrait servir de relais et d'interlocuteur privilégié pour le staff technique.

"Le leader, il doit émerger naturellement. S'il n'y en a pas, on doit faire autrement. Aujourd'hui, il n'y a pas de leader qui se détache et cela ne va pas se résoudre d'ici samedi", a-t-il dit.

L'ancien Marseillais, originaire des Alpes-de-Haute-Provence, est revenu une dernière fois sur les débats au sein de l'équipe de France.

"Dans le Sud, on a une expression : 'Il faut lâcher le crabe'. Aujourd'hui, tout est aplani, les pompiers sont passés et le feu est éteint."

Edité par Olivier Guillemain

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant