Euro 2016 : « Un bilan globalement satisfaisant » au niveau de la sécurité

le
0

Après une réunion de la cellule interministérielle de crise, Patrick Kanner, Bernard Cazeneuve et Jacques Lambert ont livré un premier bilan de la sécurité autour de l’Euro.

Après 26 matchs et dix jours de compétition, il était temps de livrer un premier bilan des conditions de sécurité autour de l’Euro 2016. Le ministre des Sports Patrick Kanner, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et le président de l’organisation de l’Euro Jacques Lambert se sont réunis lundi matin lors d’une cellule interministérielle de crise et ont estimé que le bilan était « globalement satisfaisant ». « Ces 26 premiers matchs ont réuni plus de 1,2 million de spectateurs, se félicite le ministre des Sports. Le constat est globalement satisfaisant, même si nous avons aussi été attentifs aux difficultés, aux éléments de faiblesse ou de fragilité de nos effectifs en termes de sécurité. »

« Vigilance absolue et tolérance zéro »

Bernard Cazeneuve a ensuite rappelé que 70 000 policiers et gendarmes étaient mobilisés pour l’Euro, ainsi que des agents de sécurités privés. « A l’exception du premier match à Marseille (Angleterre-Russie, ndlr), qui a conduit à des violences en centre-ville, les mesures qui ont été prises immédiatement après ce match, notamment en collaboration avec les pays d’où provenaient les supporters, ont permis d’éviter de nouvelles batailles en centre-ville », s’est réjoui le ministre de l’Intérieur, qui a fait savoir que 557 supporters avaient été interpellés depuis le début de l’Euro et que 344 avaient été placés en garde à vue.

Lambert prône la tolérance zéro

« Certains ont d’ores et déjà été condamnés à des peines d’emprisonnement, 21 supporters ont été reconduits à la frontière et une grosse dizaine a eu l’obligation de quitter le territoire », a précisé Bernard Cazeneuve, avant de laisser Jacques Lambert, président de l’organisation de l’Euro 2016, conclure. « Il ne faut pas oublier que les moyens de sécurité déployés sur la compétition sont sans commune mesure avec ce qui se fait habituellement, a précisé l’ancien préfet. Le maître-mot pour le reste de la compétition, c’est vigilance absolue et tolérance zéro. » Pour que l’Euro reste une fête jusqu’au 10 juillet prochain.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant