Euro 2016 - Sécurité : les drôles de trouvailles de la DGSI

le
0
Euro 2016 : le casse-tête de la sécurité.
Euro 2016 : le casse-tête de la sécurité.

Les entreprises privées de sécurité qui interviennent sur les différents sites dévolus aux rencontres et fan-zones de l'Euro 2016 sont-elles assez vigilantes lors du recrutement de leurs salariés ? Dans une note datée du 23 mai que Le Point a pu consulter, la Direction générale de la sécurité intérieure indique qu'elle a "criblé" 3 500 personnes. C'est-à-dire qu'elle a passé la majeure partie des salariés des PME travaillant dans le secteur de la sécurité et recrutée pour l'organisation de l'Euro de football dans le fichier Cristina.

Les fonctionnaires ont constaté que 82 individus parmi les 3 500 sont inscrits dans cette base de données, à laquelle seule la DGSI a accès. Elle répertorie ceux qui sont susceptibles d'atteinte à la sûreté de l'État ou encore de commettre des actes terroristes. Les fichés S y sont inscrits, entre autres, pour l'islamisme radical ou les activités liées à la violence d'extrême gauche ou d'extrême droite.

Impossible d'en sortir

Selon ses détracteurs, il s'agit d'un fichier très large dans lequel, par exemple, un anonyme qui serrerait la main d'un individu ciblé par la DCRI serait à son tour fiché. À la différence du fichier du service central du renseignement territorial, lorsqu'on est fiché dans Cristina, il est impossible d'en sortir. Outre les menaces terroristes, les services de renseignements ciblent également les hooligans à...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant