Euro 2016-Procédures de l'UEFA contre la Turquie et la Croatie

le
0
 (Actualisé avec déclarations du responsable croate §8-12) 
    PARIS, 18 juin (Reuters) - L'UEFA a annoncé samedi engager 
des procédures disciplinaires contre les fédérations croate et 
turque de football à la suite d'incidents provoqués par des 
supporters des deux pays lors des derniers matches de l'Euro. 
    Les deux fédérations encourent des sanctions pour des jets 
d'objets et usage de fumigènes et de pétards. L'UEFA évoque 
aussi le comportement raciste de supporters croates. 
    Les incidents se sont produits lors du match 
Croatie-République tchèque, vendredi à Saint-Etienne, qui a été 
interrompu quelques minutes avant la fin à la suite de bagarres 
dans les tribunes et de jets de pétards sur la pelouse. La 
rencontre s'est finalement soldée par un match nul 2-2. 
    La Croatie, sanctionnée à trois reprises durant les 
éliminatoires de l'Euro 2016, a déjà été mise en cause par 
l'UEFA pour des incidents provoqués par ses supporters lors de 
son premier match dans la compétition contre la Turquie, à 
Paris.   
    Pour la Turquie, les incidents visés se sont produits lors 
du match Espagne-Turquie, vendredi à Nice. 
    La préfecture des Alpes-Maritimes a fait état samedi de cinq 
interpellations pour détention et jets de fumigène dans le 
public du stade Allianz Riviera et de celle d'un homme qui a 
pénétré sur la pelouse. 
    Avant même la rencontre, 11 "ultras" espagnols ont été 
placés en garde à vue vendredi après midi à la suite d'incidents 
dans le Vieux Nice : certains d'entre eux ont agressé et frappé 
une commerçante qui refusait de leur vendre de l'alcool, 
conformément aux instructions préfectorales et trois arboraient 
insignes et tatouages nazis.  
    La fédération croate de football a réagi à sa mise en cause 
en déclarant que les incidents de vendredi à Saint-Etienne 
avaient été prémédités et qu'elle avait alerté la police 
française et l'UEFA des risques posés par "un certain nombre de 
hooligans" déterminés "à faire tout leur possible pour arrêter 
le match au stade Geoffroy-Guichard". 
    "Ayant recueilli des renseignements sur le projet, nous 
avons donné une description détaillée de ce qui allait se passer 
trois jours avant aux polices croate et française et à l'UEFA", 
a déclaré Miroslav Markovic, responsable de la sécurité à la 
Fédération croate. 
    "A la veille du match, nous avons obtenu plus de détails et 
informé la police française qu'un certain nombre d'ultras 
seraient dans les tribunes et qu'ils interrompraient le match à 
la 85e minute. C'est exactement ce qui s'est passé après le 
déploiement des CRS français devant la tribune des supporters 
croates à la 82e minute", a-t-il ajouté. 
    Pour Miroslav Markovic, qui s'exprimait au camp de base de 
l'équipe de Croatie à Deauville, "la police française et l'UEFA 
ont fait du bon travail parce que ce qui s'est produit aurait pu 
être bien pire".     
    Interrogé sur des informations faisant état de nouveaux 
troubles attendus lors du dernier match de poule des Croates 
mardi à Bordeaux contre l'Espagne, le responsable de la sécurité 
a indiqué là encore qu'il avait des éléments d'information qui 
seront partagés avec les responsables du maintien de l'ordre. 
 
 (Julien Prétot à Paris, Zoran Milosavljevic, Matthias Galante à 
Nice, avec Yann Le Guernigou, édité par Jean-Stéphane Brosse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant