Euro 2016 : pourquoi l'Italie inquiète

le
0
Antonio Candreva célèbre un de ses buts lors du match amical contre la Finlande (2-0). Les Italiens peuvent-ils débuter par une victoire face à la Belgique ?  
Antonio Candreva célèbre un de ses buts lors du match amical contre la Finlande (2-0). Les Italiens peuvent-ils débuter par une victoire face à la Belgique ?  

Depuis que les joueurs de la sélection italienne se sont retrouvés, il y a deux semaines, à Coverciano, le camp de base de la Squadra Azzurra pour cet Euro, le sélectionneur Antonio Conte doit faire face à chaque conférence de presse au pessimisme des journalistes. Car la Nazionale, qui débute ce soir face à la Belgique (à 21 heures, à Lyon), est loin de présenter son meilleur visage, notamment à cause des nombreux absents.

Cinq attaquants et seulement 11 buts marqués

Comme le PSG en fin d'année, l'Italie va devoir se passer de la pépite Marco Verratti, opéré d'une pubalgie et si précieux dans le dispositif tactique transalpin. Claudio Marchisio, lui aussi, sera devant son poste de télé à cause d'un genou blessé. Partis jouer dans le championnat américain, Andrea Pirlo (37 ans) et Sebastian Giovinco (29 ans) ? pourtant très bon avec le Toronto FC ? n'ont pas été appelés par Antonio Conte. Mais c'est surtout en attaque que la Squadra Azzurra semble trop tendre avant d'attaquer l'Euro. Mario Balotelli, sauveur de l'Italie lors de la demi-finale de l'Euro en 2012 (auteur d'un doublé contre l'Allemagne), s'est perdu à Liverpool cette saison. Réputé ingérable, il n'a marqué que trois buts cette saison. Alors, la Nazionale a mis son destin entre les pieds d'Eder (Inter Milan), Zaza (Juventus), Immobile (Torino), Pellè (Southamption) et Insigne (Naples). Avec la sélection, aucun de ces cinq attaquants ne...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant