Euro 2016 - Portugal : Cristiano Ronaldo raconte les coulisses de la finale et égratigne les Bleus

le
0
Euro 2016 - Portugal : Cristiano Ronaldo raconte les coulisses de la finale et égratigne les Bleus
Euro 2016 - Portugal : Cristiano Ronaldo raconte les coulisses de la finale et égratigne les Bleus

Dans un long entretien accordé à France Football, Cristiano Ronaldo remonte le temps et raconte les coulisses de la finale de l’Euro entre le Portugal et la France. Le capitaine portugais évoque son désarroi après sa blessure, son attitude de quasi-coach sur le banc, et égratigne les Bleus pour leur attitude avant le match.

L’hommage à Fernando Santos

Stressé, Cristiano Ronaldo, le matin de la finale ? On pourrait penser que la star portugaise soit un peu tendue avant d’en découdre avec la France, lui qui tenait là une opportunité unique de remporter un titre avec sa sélection, douze ans après la finale de l’Euro perdue à domicile contre la Grèce. Mais dans les colonnes de France Football, le joueur du Real Madrid assure qu’il était détendu, et ce grâce à un homme : Fernando Santos. Le sélectionneur portugais, que CR7 avait connu au Sporting Portugal, reçoit un bel hommage de son attaquant. « Ce jour-là, j’étais tranquille et plein d’espoirs aussi grâce à notre sélectionneur, Fernando Santos. Lui avait une telle foi que nous ne pouvions que le suivre. J’écoutais ses causeries et j’étais confiant. Après les mots de Fernando ce soir-là, j’étais convaincu que la France attaquerait cinquante fois et que nous allions surtout devoir défendre, mais aussi qu’une opportunité se présenterait une ou deux fois et que nous marquerions. »

Les Bleus trop détendus avant le match ?

L’entretien se poursuit au moment de la préparation de la finale et notamment de l’échauffement sur la pelouse du Stade de France. Cristiano Ronaldo harangue ses coéquipiers mais jette également des coups d’œil dans le camp adverse. Il remarque alors que les Français sont très souriants, ce qui ne manque pas de l’interpeller comme il le raconte cinq mois après. « On savait qu’on avait un gros avantage : on n’était pas les favoris ! Les Français pensaient qu’ils allaient gagner facilement... En tout cas, c’est l’impression qu’on a eue. Quand on a débuté l’échauffement sur la pelouse, j’ai senti les Français un peu trop détendus. Je les ai regardés : ils souriaient beaucoup. Bien sûr que tu as le droit de sourire avant un match, mais là tous semblaient très contents. (...) Leur gestuelle dénotait aussi une certaine assurance... Moi, j’ai eu ce feeling et je m’en suis servi, comme capitaine, pour motiver mes coéquipiers. »

La sortie sur blessure : « la plus grande tristesse de ma carrière »

Contraint de sortir sur blessure très rapidement suite à une intervention musclée de Dimitri Payet, Cristiano Ronaldo est effondré. Touché au genou, le Portugais n’hésite pas à parler de  « plus grande tristesse de (sa) carrière », tant il craint que la blessure ne soit très grave, mais aussi tant il trouve déchirant de devoir abandonner la Seleçao si tôt dans un match aussi important. « Je ne pouvais pas plier la jambe... Ça n'allait pas être la finale dont j'avais rêvé, je ne pouvais plus jouer. Je suis rentré au vestiaire pour que le médecin de la sélection me fasse un diagnostic rapide. J'étais mal, je pleurais. Parce que je craignais que ce soit encore plus grave. (...) Le médecin m'a vite rassuré. Mais je continuais de pleurer... »

Sur le banc, Ronaldo pense avoir été décisif

Revenu sur le banc de touche pour la deuxième période avec une poche de glace sur le genou, le triple Ballon d’Or reste alors calme un moment avant d’entrer dans un état second pendant la prolongation. Quand le Portugal prend l’avantage grâce à Eder, le natif de Madère explose et ne redescendra plus en température. A côté de Fernando Santos, il harangue ses troupes et distribue des consignes dans les dernières minutes, à la manière d’un véritable adjoint. Et cinq mois après le titre portugais, il pense avoir joué un rôle clé à ce moment-là de la finale. « J’ai vraiment pété un câble, dans le bon sens du terme, en me mettant à encourager mes coéquipiers de tout près, à les conseiller. Comme si j’étais l’entraîneur adjoint. Je pense que j’ai servi à quelque chose. J’en suis certain : pas à 100%, mais à 200%. »

Griezmann le déteste

La saison dernière, Cristiano Ronaldo a privé Antoine Griezmann de deux titres majeurs. Avec le Real Madrid, le Portugais a remporté la finale de la Ligue des Champions contre l’Atlético Madrid, avant de dominer le Français moins de deux mois plus tard en finale de l’Euro. Deux sacres qui devraient permettre à Ronaldo de remporter le Ballon d’or au détriment du Français, ce qui n’a pas manqué de faire réagir le chouchou du public tricolore, comme le raconte CR7 à travers une anecdote. « C'est drôle parce que, peu après la finale, en vacances à Miami, j'ai croisé Antoine Griezmann dans un restaurant où il dînait avec sa fiancée. Il est venu me voir à ma table et m'a dit, dans un sourire complice : 'Cristiano, je te déteste !' »
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant