Euro 2016. Petit succès de la Suisse face à l'Albanie (1-0)

le
0
Euro 2016. Petit succès de la Suisse face à l'Albanie (1-0)
Euro 2016. Petit succès de la Suisse face à l'Albanie (1-0)

Annoncée comme l'adversaire le plus dangereux pour la France dans le groupe A, la Suisse n'a pas trébuché pour son entrée. Mais son succès contre une faible Albanie ne doit pas faire d'elle un épouvantail pour les Bleus. Moyenne en défense et maladroite en attaque, à l'image de Seferovic qui a manqué tous ses duels, la Suisse a connu du déchet. Mais trop vite en infériorité numérique, l'Albanie n'était pas de taille à l'inquiéter. La Roumanie, mercredi au Parc des Princes, sera pour elle un adversaire plus compliqué à écarter.

 

On caricature la supposée lenteur helvétique. Mais les Suisses ont mis beaucoup moins de temps que la France, la veille, pour trouver la faille dans une défense albanaise statique et lourde. Au bout de cinq minutes seulement, sur un corner de Shaqiri, le grand (par la taille seulement, 1,94 m) portier albanais Berisha, se troue en évaluant mal la trajectoire du ballon. Fabian Schär, le défenseur central, n'a qu'à décroiser sa tête pour ouvrir le score (0-1, 5e).

 

Cana, premier expulsé de l'Euro

Largement supérieure, la Nati bouscule des Albanais moins en forme que leurs supporteurs largement en force dans les travées de Bollaert. Mais, moyens dans le dernier geste, les Suisses, et notamment Serekovic, se compliquent la tâche. Et, un peu à l'image des Bleus, la Suisse est moins rassurante en défense. L'Albanie s'offre alors une énorme occasion mais Sadiku, parti seul, bute sur Sommer bien resté sur ses appuis (30e).

 

C'est le tournant car, juste avant le repos, Lorik Cana, le charismatique capitaine albanais, récolte un second avertissement mérité pour une main devant la surface et est logiquement expulsé (37e). Adieu pour lui la perspective de retrouver la France mercredi soir à Marseille devant son ancien public...

Après la pause, les coéquipiers de Lichtsteiner se sont contentés de gérer et de compter les duels perdus par Seferovic devant Berisha (53e, 67e). Se payant ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant