Euro 2016 - Pays de Galles : Coleman veut rendre son peuple fier

le
0

Ce samedi à Bordeaux (18h00), le pays de Galles disputera son premier match de phase finale d’un Euro, contre la Slovaquie. Un aboutissement pour les hommes de Chris Coleman, qui doivent toutefois éviter de se satisfaire de ce premier exploit selon le sélectionneur.

[fpvideo mediaid='digiteka' url='http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01896197/zone/1/showtitle/1/src/uxs5qp" width="648" height="365" frameborder="0" scrolling="no" marginwidth="0" marginheight="0" hspace="0" vspace="0" style="z-index:1;" webkitallowfullscreen="true" mozallowfullscreen="true" allowfullscreen="true"></iframe>'] Chris Coleman, dans quel état d’esprit êtes-vous à quelques heures de votre premier match à l’Euro ? On est très contents d’être ici. On y est. Jamais on n’aurait pensé qu’une chose pareille soit possible. On est très excités et on attend avec hâte le défi de demain (samedi). On attend entre 25 000 et 30 000 supporters, c’est incroyable ! On va essayer de réussir de bonnes choses sur le terrain pour nos supporters, on va faire tout notre possible. Faut-il trouver un bon équilibre pour ne pas trop voir ce premier match comme une fête ? Il faut en profiter, bien sûr, mais il faut aussi faire une belle performance. On en profitera après. On a cet effectif depuis huit ou neuf mois, on est ici parce qu’on a été très réguliers depuis deux ans. Nos valeurs doivent rester les mêmes. On ne doit pas donner beaucoup d’occasions à nos adversaires. Tout ça ne doit pas changer. Si on travaille, si on fait de notre mieux et que les résultats ne suivent pas, c’est la vie. Maintenant, c’est le moment pour nous de faire ce qu’on a toujours fait : profiter du moment, parce qu’on l’a mérité, et rendre fier notre peuple. Vos récentes performances vous inquiètent-elles ? Depuis la victoire contre Andorre, on a perdu contre les Pays-Bas, l’Ukraine et la Suède. Mais c’étaient des matchs difficiles. Et à chaque fois, on n’a pas eu la même équipe. Je n’essaye pas de trouver des excuses, ça fait partie du jeu, mais je trouve que les joueurs ont bien joué, sauf contre la Suède. Mais c’est de ma responsabilité, des joueurs n’étaient pas prêts. Je ne suis pas inquiet par rapport à ces défaites. On apprend. Je sais ce dont mes joueurs sont capables. Les derniers matchs amicaux appartiennent au passé. Maintenant, on regarde devant nous et dans les moments importants, mes joueurs ont toujours répondu.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant