Euro 2016 : où célébrer la victoire ou pleurer la défaite à Bordeaux ?

le
0
Victor Ostronzec, chef de Soléna.
Victor Ostronzec, chef de Soléna.

La victoire : Soléna

C'est la sensation de Bordeaux. Un chef de 33 ans qui affole les papilles de la cité girondine. Un enfant de Bourges en train d'écrire une ?uvre fleuve... sur les bords de la Garonne. Une carrière démarrée tout en bas et promise à finir tout en haut. Retenez bien son nom : Victor Ostronzec. Griffonnez-le quelque part, histoire de le ressortir quand il atterrira dans les étoiles. Le garçon vole de ses propres casseroles depuis avril 2016 à Solena après avoir aiguisé sa lame avec Jean-Michel Lorain à La Côte Saint-Jacques, à Joigny, et avoir été le bras droit de François Adamski au Gabriel, à Bordeaux. Dans son boudoir pour 22 couverts, Victor Ostronzec joue une partition d'une rare émotion.

Le délicat filet de mulet noir mariné au citron et à l'estragon parade devant une crème de citron confit et des feuilles d'oxalys rouge. Les asperges blanches, vertes et sauvages cocoonées par une huile de pistache se mettent dans tous leurs états ? crues, cuites, en carpaccio ? pour les royales de moelle de b?uf à la pistache et les copeaux de jambon cru. Le délirant ris de veau rôti très croustillant fait tomber dans les pommes une épatante farandole d'oignons ? en pickles, en raviole, confits... ?, une bille de crème de parmesan et une bille de pain soufflé au parmesan. Pour le bouquet final, les gariguettes ramènent leur fraise ? fraîches, en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant