Euro 2016 : les villes hôtes somment Airbnb de payer les taxes de séjour

le
0

Alain Juppé, le représentant des villes hôtes de l’Euro 2016, veut imposer le paiement de la taxe de séjour à dix sites de locations, Airbnb en tête. Les maires acquiessent et les loueurs font la sourde oreille.

L’histoire entre Airbnb et les villes françaises a des allures de série télévisée en plusieurs saisons et au moins autant d’épisodes! Tandis qu’il y a quelques semaines à peine, le site leader de la location reversait 1.2 million d’euros de taxe de séjour à la mairie de Paris, ce sont désormais les villes de province qui lui demandent des comptes. A l’approche de l’Euro 2016 qui sé déroulera du 10 juin au 10 juillet prochain, les annonces de locations ne cessent de se multiplier dans les 10 villes hôtes de l’évènement. Il est donc impensable pour elles de se priver de tels bénéfices.

Conscient des retombées financières considérables que vont engendrer l’évènement, le maire de Bordeaux et représentant des villes hôtes de l’évènement sportif a décidé d’imposer aux plates-formes de location et à leurs clients le paiement de la taxe de séjour, qui est normalement dûe par les touristes. Si l’on en croit la métropole de Bordeaux, déjà près de 10.000 annonces ont été postées sur différents sites de locations, Airbnb et Abritel en tête du classement.

D’après des propos recueillis par Les Echos , l’enjeu financier représenterait «150.000 à 200.000 euros». A Paris par exemple, capitale mondiale d’Airbnb, plus de 50.000 logements sont proposés à la location. La Mairie espère bien percevoir en 2016 quelque 90 millions d’euros au titre de la taxe de séjour.

Les sites concernés se cachent derrière la complexité des taux municipaux

En réalité, l’obligation pour les sites de location de collecter les taxes de séjour dans toutes les communes n’est pas nouvelle. Elle date précisément d’un décret d’août 2015 qui a offert un délai d’un an à ces sites pour rassembler l’ensemble des taxes récoltées. Un an plus tard, les loueurs chipotent: ils se plaignent de la complexité des taux imposés par les municipalités, rendant quasiment impossible l’application de la mesure. Aussitôt la plainte a-t-elle été formulée que Bercy a réagi. Le Ministère des Finances s’est engagé à fournir un fichier récapitulatif des taxes de séjour de chaque commune.

Mais l’évènement se rapproche et ledit document n’a toujours pas été remis. Pressé par les maires et hôteliers des villes hôtes qui menacent de ne pas payer la taxe durant l’Euro, Alain Juppé a donc décidé de rallier Matignon a sa cause. Le fichier tant convoité est donc prévu pour le mois de mai prochain. Toujours selon Les Échos, le maire de Bordeaux aurait envoyé un courrier à Airbnb et Abritel pour «les menacer de recours juridiques».

Chacun s’est défendu en avançant que de nombreux contrats de location avec d’ores et déjà été signés, sans possibilité de révision. Alors qu’Airbnb voulait adoucir ses relations avec la capitale parisienne ces derniers mois, l’opération risque de tourner au coup de poing avec les autres villes France.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant