Euro 2016 : Le Lemon Iceland, un aller simple Paris-Drakkar

le
0

Irrésistibles vikings. Vainqueurs de l’Angleterre lundi soir (1-2), l’Islande est qualifiée pour les quarts de finale de l’Euro 2016. Le Lemon Iceland, bar islandais de la capitale, a vécu une nouvelle soirée inoubliable. Récit.

[fpvideo mediaid='digiteka' url='http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01896197/zone/1/showtitle/1/src/u3rvzf']

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL A PARIS

Les Vikings ont débarqué sur l’Euro et un bout d’Islande a posé l’ancre dans le centre de Paris. Le Lemon Iceland, premier bar à jus de fruits islandais de la capitale, suit de (très) près les exploits des guerriers à la crinière blonde. Première participation à une compétition majeure de football et premier huitième de finale pour l’Islande de Hellmir Hallgrimsson et Lars Lagerback. Loin de la ferveur et du soutien populaire invraisemblable de cette île, Eva Yr Gunnarsdottir gère, d’un sourire aussi dévastateur que la muraille islandaise, cet établissement tout droit venu du Nord du globe. Casque viking vissé sur le crâne, cette Islandaise qui a posé les pieds dans l’Hexagone il y a dix ans a envahi les cœurs et ravi les papilles de nombreux Parisiens. Les télévisions XXL sont de sortis, le petit garçon de la gérante fait les cent pas devant les écrans, une joue aux couleurs françaises et l’autre aux couleurs islandaises, bien évidemment. Les noms des héros trônent sur la vitrine de l’établissement, les drapeaux islandais s’entrechoquent avec les drapeaux français. Comme un présage.

Lofsöngur, skyr et soupirs

« Les sandwichs sont gourmets, c’est un truc incroyable. C’est un chef islandais qui nous envoient toutes ses recettes », s’extasie Eva. Ces pains islandais mélangeant cacahuètes et mangues dévorés en quelques crocs, les jus frais sirotés jusqu’à la dernière goutte, l’expatriée peut augmenter le volume pour laisser « Losöngur », l’hymne islandais, s’imprégner dans les murs du Lemon Iceland. Le « God save the Queen » ne sera pas la star de la soirée. Certains clients en profitent pour savourer un skyr, yaourt importé d’Islande, et s’installer dans les confortables canapés et fauteuils du salon du Lemon Iceland. Les chevelures dorées et des maillots frappés du drapeau à la croix rouge sur fond bleu laissent deviner l’équipe dominante dans les cœurs. Reykjavik s’installe à Paris, mais va rapidement déchanter. A peine le temps de plonger la première cuillère dans les skyrs que Raheem Sterling s’effondre. Penalty pour l’Angleterre. Le cri de rage d’Eva laisse deviner la prononciation de jolis noms d’oiseaux dans la langue des vikings. Wayne Rooney transperce Hannes Halldorsson. Les Islandais auraient-ils la fâcheuse réputation d’arriver toujours en retard ? « Franchement c’est vrai, on est toujours en retard, on aime prendre le temps vu que nous sommes un petit pays, nous n’avons pas beaucoup de distance à faire », avoue sourire aux lèvres l’Islandaise. La salle souffle en s’attendant à vivre une soirée compliquée. Bien au contraire.

Tyson Fury n’aura pas suffi

Un retard à l’allumage qui a le mérite de réveiller les guerriers islandais. Un réveil qui fait mal. Tyson Fury, le champion de boxe anglais présent dans les travées de l’Allianz Rivera, n’a pas suffi a tenir ce résultat très longtemps. Si la première droite fut anglaise, l’Islande enchaîne deux uppercuts qui font mal aux Three Lions. L’Angleterre est KO. L’Angleterre ne s’en relèvera pas. Les hurlements d’Eva contaminent le Lemon Iceland. Le bar est complètement acquis à la cause islandaise. « Je suis fière d’être islandaise en ce moment. Je n’arrête pas de sourire, c’est un truc de dingue », s’emporte Eva, la tête et l’esprit à l’Allianz Rivera de Nice, le corps à Paris. Effondrée au début du match, la responsable du bar à jus baigne dans l’espoir au coup d’envoi de la seconde période. « J’étais fière, je doutais quand même, mais là c’est incroyable. Si on arrive à battre l’Angleterre, c’est quelque chose. Pour nous, c’est déjà gagné. Ils se sont bien réveillés. On est des vikings, comme ce qu’on entend dans les tribunes. C’est l’appel des guerriers, ça rend les joueurs plus forts. On est tellement fort en défense que je pense que les Anglais ne vont pas nous marquer un autre but », pronostique Eva Yr Gunnarsdottir. Bien vu.

Un régal pour les médias

Fidèle porte-drapeau de l’île nordique, Eva fait l’objet d’attentions et sollicitations toutes particulières de la part des médias français et étrangers. Pour ce huitième de finale, Europe 1 et une caméra de la télévision allemande ont fait le déplacement pour découvrir le phénomène islandais. Eva, les yeux humides et brillants, vit un rêve éveillé depuis le 10 juin. Loin de son île et enroulé dans un large drapeau aux couleurs de son pays, elle a toujours une pensée pour l’Islande. « Je pense qu’il n’y a personne sur les routes en Islande, tout le monde est à l’intérieur à regarder la télévision », explique-t-elle. Pour l’Islandaise, le service est terminé, charge à son associé de satisfaire les quelques demandes, pas question de rater une miette de la fin du match. Intenable, le micro de la télé allemande en fait les frais. Au coup de sifflet final, les appels au pays se multiplient. Les mots se perdent, mais les câlins à son petit garçon témoignent de l’énorme exploit accompli par l’Islande et du bonheur que les coéquipiers d’Aron Gunnarrson offre à ce petit pays. Prochain adversaire : l’équipe de France. « Ca va être difficile pour mes garçons de choisir entre les deux équipes, mais ça va être plus difficile parce que la France est très forte. » Pour remercier les clients qui ont partagé ce moment : tournée de jus offerte par Eva. Un dernier goût d’Islande pour garder un souvenir aussi marquant que la bande à Sigurdsson. Pour la prochaine fois, la guerrière du Lemon Iceland a fait une promesse : « Promis, la prochaine fois j’amène la bière, tout ce qu’il faut, finis les fruits. » Chiche ?

A voir aussi : > Toute l'actualité de l'Euro 2016 > Le calendrier du tournoi

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant