Euro 2016 : la vie secrète des Bleus

le
0
Euro 2016 : la vie secrète des Bleus
Euro 2016 : la vie secrète des Bleus

Dans moins d'un mois, vingt-trois hommes vêtus de bleu, désignés demain soir par Didier Deschamps, vont recevoir deux missions. La première sera sportive et assumée : il s'agira de réussir le meilleur Championnat d'Europe possible.

Dans un pays victorieux des deux dernières compétitions organisées sur son sol (NDLR : Euro 1984 et Coupe du monde 1998), la pression sera forte. La seconde mission confiée aux partenaires de Hugo Lloris sera sous-jacente : ils devront relever le moral du pays tout entier, faire oublier, l'espace de leurs matchs, les problèmes économiques et sociaux comme les craintes d'attentats.

Tous n'en sortent pas grandis

Dans une époque où l'instantanéité des réseaux sociaux peut renverser les modèles et les idoles en quelques jours, ils vont se parer d'une tunique bien lourde : celle de héros. Ce sont pourtant seulement des hommes avec leurs qualités, leurs failles et leurs mystères. Et le livre « la Face cachée des Bleus » de Dominique Sévérac, grand reporteur au « Parisien », met en lumière le quotidien parfois surprenant de joueurs censés vivre en vase clos dans leur résidence des Yvelines. Cette fois, tout ce qui se passe à Clairefontaine ne restera pas à Clairefontaine.

Pour entrer dans l'intimité des Bleus sans y être invité, il suffit de lire « la Face cachée des Bleus ». Suiveur des Tricolores depuis presque vingt ans, Dominique Sévérac a côtoyé six sélectionneurs (Jacquet, Lemerre, Santini, Domenech, Blanc et Deschamps), s'est fâché avec certains et a suscité le respect d'autres. Entre petites anecdotes et longues confidences, il révèle au grand public le vrai visage de ces joueurs, pour lesquels il a une véritable affection et qui portent, ou ont endossé, le maillot bleu ces dernières années. Tous n'en sortent pas grandis avec leurs dépenses étonnantes ou leurs obsessions parfois maladives de sexe. Un phénomène qui ne date pas d'hier... On pourra ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant