Euro 2016 : la Mannschaft à l'heure espagnole

le
0
Joachim Löw est sélectionneur de l'équipe nationale allemande depuis dix ans.
Joachim Löw est sélectionneur de l'équipe nationale allemande depuis dix ans.

Seule la victoire est belle. Cet adage récité en boucle par beaucoup d'entraîneurs français, et repris avec zèle par la majorité de nos « experts » sportifs sur les plateaux de télé, est désolant. On se gausse des victoires étriquées de nos Bleus en occultant la médiocrité de leur animation collective. Aucune révolution de pensée dans ce pays pour appréhender le football autrement. Pas étonnant que l'intégriste de la culture du résultat, Didier Deschamps, ait le statut d'un souverain du ballon rond en France. Au royaume des perdants, les gagneurs stricts et sans style sont des rois.

Pourtant, une nation voisine a, elle, su évoluer. Il s'agit de l'Allemagne. Alors même que son obsession du résultat est plus exacerbée que chez nous, et plus efficace aussi au regard du palmarès de ses clubs et de son équipe nationale. Mais elle et ses gardiens du dogme de la gagne ? Beckenbauer, Rummenigge en tête ? ont accepté la réforme proposée par l'Espagne : il est possible de gagner tout en étant séduisant dans le jeu. En embauchant Josep Guardiola en 2013 pour entraîner le Bayern Munich, les dirigeants bavarois ont fait entrer le loup ibérique dans la bergerie germanique. Et le résultat est sous nos yeux !

Löw remercie Guardiola

L'influence de l'ex-coach du Barça a été déterminante dans l'évolution du foot allemand. Le sélectionneur de la Mannschaft,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant