Euro 2016 : l'échec espagnol, fiasco ou fin de cycle ?

le
0
Les Espagnols, éliminés en 8e de finale par l'Italie, pourraient débuter une vaste remise en question.
Les Espagnols, éliminés en 8e de finale par l'Italie, pourraient débuter une vaste remise en question.

En Espagne, l'onde de choc est encore bien palpable, au lendemain de la défaite de la sélection, éliminée pour la première fois d'un Euro depuis 2004. Les termes employés par la presse locale sont forts (« Fin de cycle », pour As, « Nous ne sommes plus les meilleurs », dit Marca) mais pas aussi vindicatifs que ceux des tabloïds anglais. Huit années de domination continentale ont pris fin au stade de France, après une leçon d'efficacité et de tactique reçue de la part d'une Italie qui a parfaitement récité sa partition.

Fin de la génération Del Bosque ?

« Nous n'avons pas le niveau de 2010 ou 2012 », lâchait Gérard Piqué après le match. L'explication semble logique. Il serait facile de lui donner raison, même si nul ne sait ce qu'il serait advenu si le défenseur avait égalisé devant Buffon, quelques secondes avant que Graziano Pellè n'inscrive le deuxième but italien. Après le temps des constats vient celui des enseignements. Car les responsabilités sont partagées. Hors de question de désigner comme unique coupable le sélectionneur Vicente Del Bosque. Le sage, dont l'aventure avec la sélection a de grandes chances de s'arrêter, a probablement commis quelques impairs. Un onze de départ figé sur les quatre matches, le choix de laisser Isco ou Saul Niguez à la maison, la difficulté à trouver du poids en attaque avec les choix de Diego Costa puis Aduriz, l'impuissance devant une Iniesta-dépendance...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant