Euro 2016 - Irlande du Nord - O'Neill : « Nous n'avons pas ce qu'on mérite »

le
0

C’est la mine défaite que Michael O’Neill, sélectionneur de l’Irlande du Nord, s’est présenté en conférence de presse samedi après l’élimination de son équipe par le pays de Galles (1-0). Une défaite cruelle et imméritée selon lui.

DE NOTRE ENVOYE SPECIAL AU PARC DES PRINCES Michael O’Neill, après l’élimination samedi de l’Irlande du Nord, quelle est votre première impression sur le huitième de finale contre le pays de Galles (1-0) et sur votre tournoi en général ? C’était un match très serré et j’ai le sentiment que nous nous en sommes mieux sortis, pour être honnête. C’est très cruel de perdre ce match. Nous ne méritions pas de perdre ce match, certainement pas comme ça. A cet instant, il est difficile d’avoir une réflexion sur le tournoi dans son entier. Quand nous sommes arrivés, peu de gens nous donnaient une chance d’y réussir quoi que ce soit, mais nous sommes passés tout près de rejoindre les quarts de finale. Ça n’aurait pas été immérité d’obtenir ça aujourd’hui (ndlr : samedi). Les joueurs ont été incroyables, par leurs efforts, leur dévouement, leur fierté de jouer pour le pays. Ça a été une expérience fantastique pour tout le monde. Quand ça se termine comme aujourd’hui, c’est cruel, surtout que je ne pense pas que nous ayons ce qu’on mérite. Quel était votre plan tactique pour contrer les Gallois ? Nous savions que nous ne pouvions nous permettre de les laisser développer leurs contre-attaques, parce que cette équipe est très bonne dans ce domaine. Nous l’avons fait. Nous avons joué avec trois défenseurs centraux, ce qui a permis à Jonny (Evans) de marquer directement Gareth Bale, ce qu’il a fait de manière exceptionnelle. Cory (Evans) a fait un super boulot sur Aaron Ramsey dans l’entrejeu. Nous estimions que si nous arrivions à perturber ces deux joueurs, le pays de Galles souffrirait et ça a été le cas. Tactiquement, nous avons été fantastiques aujourd’hui, dans notre agressivité et notre manière de presser aux bons moments. Ça nous a donné un socle pour essayer de gagner le match. Nous avons connu des périodes de domination dans ce match, dont nous aurions pu tirer davantage. Nous étions relativement confortables, nous n’avons pas concédé d’occasions de but. Il y a eu seulement le coup-franc de Gareth Bale (58eme), que Michael McGovern a arrêté. J’étais déçu en fin de match par le temps additionnel, je pense que l’arbitre aurait pu mieux gérer ça. Au final, c’est un match dont on sort avec une immense déception, mais nous n’aurions pas pu demander plus aux joueurs dans le jeu.

O'Neill : « McAuley ? Pas le pointer du doigt ou le blâmer »

Qu’allez-vous dire à Gareth McAuley pour le consoler ? Le football est ainsi, c’est tout. Je ne vais certainement pas le pointer du doigt ou le blâmer. Il devait prendre une décision en une demi-seconde sur ce super centre de Gareth Bale et ça s’est retourné contre nous malheureusement. Gareth (McAuley) n’a pas simplement été bon pendant le tournoi, il a été important pour moi ces quatre dernières années. Il a vraiment progressé comme défenseur central, il l’a montré dans ce tournoi face aux meilleurs attaquants. Je veux qu’il continue sa carrière internationale, il a encore quelques années à ce niveau devant lui. J’espère que ce sera sa décision. Pouvez-vous éclaircir de ce que vous avez dit à Ashley Williams à la fin du match ? C’est facile. Ashley Williams s’est assis sur le terrain, l’arbitre a stoppé le match sans lui demander de sortir du terrain et le match a continué ainsi. C’est la première fois que je vois ça dans ma vie, un joueur qui arrête le jeu en s’asseyant sur le terrain. S’il y avait une blessure et que le joueur pouvait sortir du terrain, pourquoi ça ne s’est pas passé ainsi ? L’assistant était bien conscient de cette situation, je l’ai entendu communiqué avec l’arbitre, j’étais juste à côté de lui. Ashley Williams avait reçu l’instruction de s’asseoir sur le terrain. C’est une déception que ça n’ait pas été mieux géré, surtout à quatre minutes de la fin. L’arbitre a aussi stoppé la rencontre quand deux joueurs gallois se sont percutés, ce que nous n’avions pas causé. J’ai le sentiment qu’il aurait dû y avoir plus que quatre minutes de temps additionnel, puisqu’il y avait eu six changements. Je suis bon en maths et nous aurions dû avoir au moins deux minutes supplémentaires pour arracher l’égalisation.

O'Neill : « Will Grigg a un futur brillant devant lui »

Pourquoi Will Grigg, pourtant chouchou des fans, n’a-t-il pas joué une seule minute de cet Euro ? (Il soupire et lâche un léger « Fuck ») Will Grigg n’a pas eu l’opportunité de jouer, il était notre quatrième choix en attaque. C’est malheureux, c’est un bon jeune avec un futur brillant devant lui. Mais je ne choisis pas mon équipe en fonction de ce que les supporters chantent pendant les matchs. Comment voyez-vous la suite pour le pays de Galles ? Je souhaite tout le meilleur à Chris (Coleman), c’est un super gars. Je suis content pour lui. Je le considère comme un ami et un très bon manager, je sais ce que ça représente pour lui de diriger la sélection de son pays. Le pays de Galles peut aller loin. Il aura des difficultés quand il jouera contre des équipes comme nous, ne leur laissant pas la possibilité de contre-attaquer et de prendre la profondeur. Mais il affrontera la Hongrie ou la Belgique au prochain tour, qui joueront plus que nous.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant