Euro 2016 - France-Portugal : la revanche des gagne-petit

le
0
La France et le Portugal, les deux finalistes de l'Euro 2016, ne sont pas les équipes les plus séduisantes de ce tournoi.
La France et le Portugal, les deux finalistes de l'Euro 2016, ne sont pas les équipes les plus séduisantes de ce tournoi.

L'essence du football, ce qui le rend populaire dans le monde entier, est la chance offerte au petit de battre un plus gros. Il permet de reproduire sur une pelouse le miracle de David et Goliath. Le rugby, le tennis, le basket ne laissent pas une aussi grande marge de man?uvre pour l'équipe ou le joueur jugés plus faible sur le papier. Les résultats improbables font partie intégrante de l'ADN du football. Selon le livre The Numbers Game (écrit par David Sally et Chris Anderson), qui a étudié la question, l'équipe la plus forte ne gagne le match qu'une fois sur deux.

En mode Gladiator

Conscients de cette statistique, de nombreux entraîneurs préparent leur équipe à des compétitions dans cette configuration du « Petit Poucet » qui peut faire un coup. Pour réaliser ce braquage, ces coachs n'usent plus du vocabulaire lié au spectacle et au jeu offensif. Non, ils font appel à d'autres notions : le courage, l'abnégation, la solidarité. Les valeurs morales dominent les valeurs techniques. Et cela plaît au public, car elles mettent bien plus en avant les aventures humaines. Elles créent du lien avec le peuple qui se sent ainsi proche de ses héros. En club comme en sélection, la saison 2015-2016 a redonné ses lettres de noblesse à la culture de la victoire modeste. À l'image du film Gladiator, les Maximus en short et à crampons ont séduit la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant