Euro 2016 : et à la fin, c'est la France qui gagne !

le
0
Dimitri Payet après avoir inscrit son but contre l'Albanie. 
Dimitri Payet après avoir inscrit son but contre l'Albanie. 

« Le football est un jeu qui se joue à onze contre onze, et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne. » La plus célèbre formule du football signée Gary Lineker semble tout indiquée pour qu'on l'applique à cette équipe de France version 2016, capable d'être victorieuse en étant mauvaise. Les Bleus ont livré deux prestations franchement médiocres contre la Roumanie et l'Albanie, mais ils ont trouvé le moyen de collecter 6 points au bout du bout du suspense, synonymes de qualification pour la suite de la compétition. À croire que nos Bleus se sont germanisés !

Les cadors du foot ont ce que l'on appelle un « service minimum ». Et le minimum, c'est de gagner ! Au mépris du spectacle, au mépris des étincelles, d'accord, mais gagner ! Allez donc demander l'avis des supporteurs espagnols pour vous en convaincre ! Pour son entrée en matière dans l'Euro, face à la République tchèque, la Roja a joué petits bras, sans éclaboussures, sans classe aussi, et s'est adjugé un succès, certes étriqué, mais un succès quand même, 1-0, en fin de partie. Même son de cloche pour l'équipe d'Allemagne et sa victoire 2-0, grassement payée aux dépens de l'Ukraine.

Deschamps, le chromosome-gagne

En assurant une qualification en huitième avec autant de sobriété ? pour ne pas dire nullité ? que ces deux dernières équipes, la France s'est paradoxalement invitée pour de bon à la table des grands. Ironiquement, il...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant