Euro 2016 : des élus divisés

le
2
Euro 2016 : des élus divisés
Euro 2016 : des élus divisés

Plus la compétition approche, plus les craintes s’expriment. Notamment à droite. Si Nicolas Sarkozy estime que le maintien de l’Euro est « une bonne décision », l’ancien président a affirmé que les fan-zones constituaient malgré tout « un risque ». En 2010, pourtant, il défendait avec succès le dossier de la France qui comprenait ces espaces pour supporteurs. Mais voilà, après les attentats de 2015, la menace terroriste pèse encore. L’état d’urgence est toujours en vigueur. A Paris, Philippe Goujon, maire LR du XVe  arrondissement, a conjuré Anne Hidalgo de ne pas « faire courir le risque que la fête se transforme en cauchemar ».

 

Pourtant, à droite, les fan-zones ont aussi leurs supporteurs, notamment Alain Juppé, maire LR de Bordeaux, président des villes hôtes de l’Euro . Pourquoi ? Selon une étude du Centre de droit et d’économie du sport, les dépenses réalisées par les visiteurs dans ces rassemblements sont estimées à 200 M€.

 

Sans compter les effets psychologiques d’une annulation totale. « Ce serait l’angoisse générale », confie Manuel Valls, qui s’interroge tout de même sur « la somme des matchs, des fan-zones, des conflits sociaux et de la menace terroriste ». « C’est au ministre de l’Intérieur de décider [...] et de voir si, dans certains cas, l’annulation est préférable », ajoute le Premier ministre.

 

En savoir plus

 

>>Euro 2016 : une compétition sous tension

>>Euro 2016 : les fan-zones sous haute surveillance

>>Euro 2016 : «Pas question d'emmener mes enfants dans une fan-zone»

>>Euro 2016 : les supporteurs sont partagés

>>Euro 2016 : «Le foot va nous permettre de lâcher prise»

>>Euro 2016 : Nathalie Iannetta à la manœuvre

>>François Hollande parie gros avec l'Euro

>>Euro 2016 : bloquer n’est pas joué

>>Euro 2016 : les hôteliers n’ont pas la tête ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • phili646 il y a 9 mois

    Avec la volonté de ne pas supprimé les fans zones (surtout à Paris), IRRESPONSABLE 1er fait courir un risque insensé aux supporters. Ces zones sont imposées par le cahier des charges de l'UEFA pour des raisons purement économiques car les sponsors ont énormément investis à proximité. Un grand bravo à MOUDUCHAPEAU 1ER

  • phili646 il y a 9 mois

    Dieu sait si les occasions d'être d'accord avec Sarkozy sont rares, mais là il a raison !!!