Euro 2016 (demi-finales) : Et à la fin, ce sont les Bleus qui gagnent enfin !

le
0

Incapables de battre l’Allemagne en match officiel depuis 1958, les Bleus y sont parvenus jeudi soir grâce à un Antoine Griezmann stratosphérique. Dimanche, la France tâchera face au Portugal de décrocher son troisième titre européen.

Le debrief

Et dire que l’on pensait que c’était toujours les Allemands qui gagnaient à la fin… Systématiquement battus en match officiel par leurs voisins depuis 1958, les Bleus ont enfin brisé la malédiction, jeudi soir dans un stade Vélodrome chauffé à blanc et lors d’une demi-finale qui a offert tous les ingrédients pour que la qualification historique de l’équipe de France soit encore plus belle. Il y a d’abord eu de l’enthousiasme, avec ces Bleus très bien entrés dans la partie qui mettaient tout de suite une énorme pression sur la défense allemande. Mais cela ne durait pas longtemps et ce sont des frissons qui parcouraient alors les supporters français tandis que l’Allemagne prenait l’ascendant, monopolisait le ballon et enchaînait les vagues offensives dans la surface d’une défense française héroïque au même titre que son gardien, Hugo Lloris. Et alors que l’on sentait les hommes de Deschamps au bord du précipice, Schweinsteiger leur faisait le plus beau des cadeaux en obligeant l’arbitre, dans les arrêts de jeu et complètement contre le cours du jeu, à désigner le point de penalty. L’inévitable Griezmann pouvait ouvrir le score et la France repartir de plus belle à la reprise. Mais rebelotte : les champions du monde, utilisant parfaitement toute la largeur du terrain, reprenaient la possession à leur compte. Les Bleus, menés par un tandem Koscielny-Umtiti intraitable, tenaient. Mais cette fois, on ne voyait pas quel coup de pouce du destin pourrait leur permettre de résister jusqu’au bout sans céder. Mais la bonne étoile de Didier Deschamps surgissait au moment où on ne l’attendait plus une fois encore, sous une double forme de surcroît. D’abord la blessure de Jérôme Boateng, meilleur joueur de la Mannschaft jusqu’alors et pilier de la défense allemande. Puis dans la foulée une énorme erreur de relance cumulée à une sortie mal négociée de Neuer qui permettait à Griezmann, encore lui, d’inscrire le but du break. Il restait vingt minutes à jouer mais un poteau, le manque de réussite, d’adresse ou les coups de sifflet de l’arbitre avaient choisi leur camp. Il était dit que le but du meilleur réalisateur du tournoi serait le dernier de cette demi-finale. Premier joueur depuis Michel Platini à marquer six fois dans un Euro, le terrible « Grizou » a réussi l’exploit d’envoyer les Bleus en finale en signant un doublé face au champion du monde en titre. Le Colchonero rêve maintenant de permettre à son pays de soulever le trophée pour la troisième fois de l’histoire. Face au Portugal, tous les espoirs sont permis. Surtout après avoir enfin réussi à conjurer le mauvais sort face aux Allemands. L'équipe de France n'a jamais été aussi proche de gagner son Euro.

Le film du match

7eme minute Après un double une-deux avec Matuidi, Griezmann, parti du côté gauche, pénètre dans la surface et tente d’ajuster Neuer d’une frappe de l’intérieur du droit. Le gardien allemand se détend bien et détourne le ballon. 12eme minute Müller se jette sur un centre en première intention de Can depuis l’aile droite, mais il tacle le ballon nettement à droite du but de Lloris. Au départ, Özil avait parfaitement décalé son coéquipier en déviant le ballon en pivot. 14eme minute La parade de Lloris ! Comme Neuer sur la frappe de Griezmann, le gardien français réussit une superbe horizontale pour repousser une demi-volée de Can à l’entrée de la surface de réparation. Le joueur de Liverpool avait été servi par Draxler. 24eme minute Neuer se couche tranquillement sur un coup-franc enroulé de Payet à près de trente mètres. 26eme minute Le ballon ressort sur Schweinsteiger après une nouvelle attaque extrêmement dangereuse des Allemands. Le capitaine de la Mannschaft enroule sa frappe. Sans prendre de risque, Lloris la claque en corner. 37eme minute Dans la même position que Payet treize minutes plus tôt, Pogba envoie lui aussi sa tentative sur coup-franc dans les bras de Neuer, très facile. 38eme minute Müller accélère sur le côté droit après avoir récupéré le ballon sur une mauvaise passe de Matuidi. L’attaquant du Bayern ponctue sa course par une frappe croisée à ras de terre sur laquelle Lloris se couche. 41eme minute Parti dans l’espace dans la surface côté gauche, Evra glisse le ballon à Griezmann, qui le reprend sans contrôle dans un angle fermé. Cela termine dans le petit filet. 43eme minute Sur un ballon anodin dans les airs, Giroud s’arrache de la tête pour prendre le dessus sur Boateng et filer en direction du but de Neuer. L’attaquant d’Arsenal temporise trop et est taclé magnifiquement par Höwedes, revenu barrer la route de son adversaire. 45eme minute +2 (0-1) Penalty et premier but pour les Bleus ! Totalement contre le cours du jeu, l’équipe de France obtient un penalty pour une main de Schweinsteiger dans un duel avec Evra. Griezmann le transforme d’une frappe croisée à mi-hauteur qui prend complètement Neuer à contre-pied. 72eme minute (0-2) La France fait le break ! Pogba récupère le ballon dans la surface côté gauche après une énorme erreur de relance de Kimmich. Le Turinois s’amuse avec Mustafi et centre devant le but. Neuer sort mais n’éloigne pas le danger. Griezmann jaillit devant Schweinsteiger et pousse le ballon dans le but. La balle passe entre les jambes du gardien. 73eme minute Sur l’engagement, l’Allemagne lance une nouvelle attaque. Kimmich prend sa chance sur une merveille de frappe enroulée qui ne trouve que le poteau droit de Lloris. 92eme minute Parade énorme de Lloris sur un coup de tête à bout portant de Kimmich, servi sur un très bon centre de Mustafi. Le gardien français réussit une intervention phénoménale.

Les joueurs à la loupe

Allemagne En l’absence de Khedira, c’est finalement Emre CAN qui avait eu les faveurs de Joachim Löw. Le milieu de terrain de Liverpool a fait preuve de moins de justesse technique que l’habituel titulaire mais il a beaucoup amené dans l’intensité et a failli marquer en début de match. A ses côtés, KROOS, décevant contre l’Italie, a relevé timidement la tête. Il a eu très souvent le ballon mais aurait pu mieux doser certaines de ses passes. A noter qu’il aurait dû bénéficier d’un penalty en première mi-temps après avoir été crocheté par Pogba. SCHWEINSTEIGER s’était montré plutôt à son avantage avant de se faire sanctionner pour cette intervention le bras en l’air. Pour ne rien arranger, il arrive trop tard sur Griezmann sur l’action du 2-0. Positionnés très haut sur le terrain, KIMMICH et HECTOR ont offert énormément de solutions sur les ailes mais ont gâché un grand nombre de situations par un manque d’application dans leurs centres. Le premier, malchanceux ensuite sur sa frappe, a surtout provoqué la défaite de son équipe avec cette erreur de relance incroyable sur le deuxième but. MUSTAFI a ensuite été éliminé comme un débutant par Pogba. Le remplaçant de BOATENG, qui avait énormément apporté avant de sortir sur blessure, notamment en changeant le jeu sur de superbes transversales, a de toute façon tout fait à l’envers, au point d’envoyer un ballon de but dans les nuages en fin de match. De retour dans l’axe en l’absence d’Hummels, HÖWEDES a bien tenu et réussi un sauvetage décisif dans les pieds de Giroud en première mi-temps. NEUER n’a rien à se reprocher sur le premier but, qu’il encaisse sur un penalty. En revanche, sa sortie hasardeuse coûte le second but. Dans la lignée de son Euro à vite oublier, MÜLLER a encore été très maladroit. Vu qu’il avait été aligné en pointe, cela a sauté encore plus aux yeux. On l’avait dit avant ce match : le problème de DRAXLER, c’est la constance. La preuve sur ce match, où il a alterné de bonnes choses et de beaucoup moins convaincantes. GÖTZE est entré dans les dernières minutes pour tenter de redonner espoir à son équipe mais son niveau sur ce tournoi ne pouvait rien laisser espérer aux Allemands. France

Hugo Lloris : 8

Le duel annoncé avec Manuel Neuer a bien eu lieu et, sept minutes après une énorme parade du gardien allemand, il a lui aussi sorti le grand jeu pour repousser une tentative de Can (14eme). Vigilant ensuite sur une frappe lointaine de Schweinsteiger et sur un tir écrasé de Müller, il a également été rassurant dans les airs. Sauvé par son poteau droit (74eme), il a ressorti un arrêt exceptionnel dans le temps additionnel sur une tête de Kimmich.

Bacary Sagna : 7

Une première période très compliquée où il n’a jamais été en mesure d’apporter offensivement, les Bleus étant privés de ballon. Les Allemands ont réussi à passer plusieurs fois de son côté mais sans conséquence fâcheuse. Après la pause, il a rectifié le tir et il a remporté la majorité de ses duels, imposant souvent sa puissance pour verrouiller son couloir.

Laurent Koscielny : 8

Une nouvelle fois aligné dans l’axe droit de la charnière, le joueur d’Arsenal a rendu une très bonne copie. Beaucoup d’impact dans les duels et plusieurs interventions précieuses, surtout quand les Allemands ont fait souffrir les Bleus dans le coeur de la première période. Le deuxième acte a finalement été plus tranquille même s’il a fallu être concentré et ne rien lâcher. Mission réussie.

Samuel Umtiti : 8

En balance avec Rami, le jeune Lyonnais et futur Barcelonais a été l’invité surprise de Didier Deschamps. Et il a répondu présent, à l’image d’un très gros sauvetage devant Lloris à la 32eme minute. S’il n’a pas pris de risque en assurant ses relances, il a surtout été impérial dans la majorité de ses interventions, coupant souvent les trajectoires avec beaucoup de justesse.

Patrice Evra : 7

A l’image de Sagna côté droit, il n’a pas eu beaucoup de possibilités offensives dans son couloir gauche. Lui aussi a été en difficulté pendant une première période dominée par les Allemands. Plusieurs fois en retard, il a également été l’auteur d’interventions importantes. Après la pause, sa soirée a été plus tranquille face à des adversaires qui sont moins souvent venus de son côté. Averti à la 43eme, sans conséquence.

Paul Pogba : 7

Après une très grosse entame de match, il a été contraint de beaucoup défendre, sans voir le ballon. Il ne s’est signalé que sur un coup-franc lointain cadré mais sans danger pour Neuer (37eme). Il ne s’est pas découragé et sa récupération dans la surface allemande puis son centre ont amené le deuxième but.

Blaise Matuidi : 6

Son double une-deux avec Griezmann (7eme) sur la première occasion des Bleus était remarquable. Par la suite, son activité a été précieuse mais il a beaucoup couru dans le vide. Des pertes de balle dangereuses également. Après la pause, il a continué à défendre sans se ménager mais également à se projeter régulièrement.

Moussa Sissoko : 7

Une nouvelle fois titulaire, il a été très précieux dans son registre habituel. A savoir une présence défensive très précieuse pour compenser notamment les montées de Pogba mais également une faculté à se projeter pour casser les lignes. Il a souvent imposé son physique pour remporter des duels et a fait beaucoup de bien aux Bleus quand il a fallu gérer le score.

Dimitri Payet : 4

Un match compliqué, bien loin de ses standards dans cet Euro. Il a eu beaucoup de mal à faire des différences et a essentiellement défendu. Un coup-franc lointain cadré mais sans danger (25eme), une frappe complètement écrasée (68eme) à l’entrée de la surface : voilà pour son bilan famélique. Il a paru fatigué. Remplacé par KANTE (71eme), qui a permis aux Bleus de conserver leur avantage quand les Allemands ont poussé.

Antoine Griezmann : 9

Quel match du nouveau leader de l’attaque française ! Son entame a été tonitruante et il est passé près de l’ouverture du score dès la 7eme minute, Neuer repoussant finalement sa frappe. Comme tous les Bleus, il a souffert pendant une demi-heure avant de s’illustrer en fin de mi-temps, d’abord avec un tir non cadré puis surtout en transformant le penalty. Sa montée en puissance s’est confirmée après la pause avec évidemment ce second but mais également une formidable générosité, comme sur ce raid solitaire à la 86eme minute. Remplacé par CABAYE (92eme) sous une ovation inoubliable.

Olivier Giroud : 5

Un match longtemps difficile avec assez peu de bons ballons à négocier et surtout un manque de soutien sur la plupart des contres. Son travail défensif a pourtant failli payer avec une récupération dans le rond central face à Boateng. Mais il n’a pas eu les jambes pour empêcher le retour d’Höwedes (42eme). S’il a vu une de ses rares frappes être contrées par Boateng dès la reprise (46eme), il est dans le coup du deuxième but avec ce duel aérien face à Neuer. Remplacé par GIGNAC (78eme).

Monsieur l’arbitre au rapport

Les mauvaises langues diront que Nicola Rizzoli a souhaité faire regretter aux Allemands d’avoir sorti son pays au tour précédent. L’arbitre italien a accordé un penalty aux Bleus dans les arrêts de jeu alors qu’il avait fermé les yeux sur une faute de Pogba sur Kroos dans la surface plus tôt dans la partie.

Ça s’est passé en coulisses…

- Avant ces retrouvailles entre Français et Allemands à Marseille, les demi-finales face au pays hôte avaient réussi tout particulièrement à l’Allemagne. Dans son histoire, la Mannschaft s’était retrouvée sept fois dans cette configuration, pour six victoires. La dernière remontait bien évidemment à la dernière Coupe du Monde et à cette humiliation infligée au Brésil devant son public (7-1). - Annoncés forfait, Sami Khedira et Mario Gomez s’étaient pourtant entraînés tous deux jeudi, à quelques heures de cette demi-finale. En tenue d’entraînement, le milieu de terrain de la Juve et l’attaquant de la Fiorentina avaient eu droit à une séance matinale légère aux côtés de Mats Hummels, suspendu. Jusqu’au dernier moment, on a pensé à un gros coup de bluff de la part du sélectionneur allemand, Joachim Löw. Un sentiment encore plus fort lorsque l’on a vu arriver les deux hommes avec le reste du groupe avant d’aller ensuite reconnaître la pelouse avec leurs coéquipiers. - Alors que Didier Deschamps avait la possibilité de réintégrer Ngolo Kanté et Adil Rami, tous deux suspendus contre l’Islande, le sélectionneur français avait préféré faire de nouveau confiance à Moussa Sissoko et Samuel Umtiti dans un dispositif en 4-2-3-1, comme cela avait été le cas en quarts de finale. Une information pas du tout anecdotique puisque dans l’histoire de l’Euro, jamais l’équipe de France n’avait aligné le même onze de départ lors de deux matchs de suite. Une grande première. - Supporter de l’Allemagne Usain Bolt ? Il a été vu jeudi après-midi alors qu’il sortait de l’hôtel où les Allemands avaient pris leurs quartiers depuis la veille. Le Jamaïcain s’est également permis quelques selfies avec les champion du monde avant de quitter les lieux. En réalité, Bolt, blessé aux ischio-jambiers, était venu rendre visite au célèbre docteur de la Mannschaft, Hans-Wilhelm Müller-Wohlfart.

La feuille de match

Euro 2016 (demi-finales) / ALLEMAGNE – FRANCE : 0-2

Stade Vélodrome (64 078 spectateurs) Temps lourd - Pelouse en moyen état Arbitre : M.Rizzoli (ITA) (5) But : Griezmann (45eme +2, sp, et 72eme) pour la France Avertissements : Can (36eme), Schweinsteiger (45eme+1), Özil (45eme +1) et Draxler (49eme) pour l’Allemagne – Evra (43eme) pour la France Allemagne Neuer (6) – Kimmich (6), J.Boateng (7) puis Mustafi (61eme), Höwedes (6), Hector (5) – Schweinsteiger (cap) (4) puis L.Sané (78eme), Can (6) puis Götze (66eme) - Kroos (5), Özil (5), Draxler (5) - T.Müller (4) N'ont pas participé : Leno (g), Ter Stegen (g), Tah, Podolski, Weigl, Schürrle, Khedira, Gomez Sélectionneur : J.Löw France Lloris (cap) (8) – Sagna (7), Koscielny (8), Umtiti (8), Evra (7) – Matuidi (6), P.Pogba (7) – Mo.Sissoko (7), Payet (4) puis N.Kanté (71eme), Griezmann (9) puis Cabaye (91eme) - Giroud (5) puis Gignac (77eme) N'ont pas participé : Mandanda (g), Costil (g), Mangala, Jallet, Digne, Rami, Schneiderlin, A.Martial, Coman Sélectionneur : D.Deschamps
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant