Euro 2016 : chronique d'incidents annoncés

le
0
Sur le Vieux-Port, des affrontements entre supporteurs et forces de l'ordre avant le match Angleterre-Russie lors de l'Euro de football.
Sur le Vieux-Port, des affrontements entre supporteurs et forces de l'ordre avant le match Angleterre-Russie lors de l'Euro de football.

Les images des scènes de hooliganisme, samedi à Marseille, ont tourné en boucle sur les chaînes d'info. Elles sont dévastatrices pour l'image du football. Retour sur la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH), dirigée par le commissaire Antoine Boutonnet et dont le but est de prévenir ce type d'incidents.

Distinguer l'« ultra » du hooligan

Lors d'un déplacement du Toulouse FC à Belgrade en septembre 2009, un supporteur toulousain est pris à partie par des hooligans serbes, qui le tabassent. Brice Taton succombe à ses blessures quelques jours plus tard. Cet événement tragique s'inscrit dans un contexte de radicalisation des antagonismes entre supporteurs, notamment entre des membres d'Auteuil et de Boulogne, tribunes historiques du Paris Saint-Germain. Au mois de décembre de la même année, la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH) voit le jour pour enrayer cette spirale de violences aux abords des stades.

Il est fondamental de distinguer le supporteur « ultra » du hooligan. L'ultra se caractérise par son soutien inconditionnel à son équipe. Il embellit les tribunes avec des tifos, « montrer que son groupe tient la route au niveau des animations », comme le dit David, président de l'association de supporteurs nancéiens Saturday FC. Le terme « hooligan » vient de la famille irlandaise Houlihan. Elle vivait à Londres à la fin du XIXe...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant