Euro 2016 : ces joueurs médiocres en club qui cartonnent en sélection

le
0
Avec l'Islande, Sigþórsson  a marqué 21 buts en 43 matchs. À Nantes, seulement trois en 19 matchs. 
Avec l'Islande, Sigþórsson  a marqué 21 buts en 43 matchs. À Nantes, seulement trois en 19 matchs. 

C'est hélas une race en voie d'extinction... En cause : le football mondialisé, saturé de pognon et défiguré par l'arrêt Bosman. Les footballeurs ont tous troqué leur attachement à la patrie contre les doux millions des clubs européens, reléguant ainsi au rang d'accessoires les performances en sélection nationale puisque cette dernière ne fait pas preuve d'autant de largesses. Tous ? Une poignée d'irréductibles résiste encore et toujours. Ces rares joueurs respectent encore la hiérarchie des valeurs des "anciens", qui brillaient sous tous les maillots et raflaient la Ligue des champions comme la Coupe du Monde - Pelé, Maradona et Zidane notamment - quand les stars d'aujourd'hui, à commencer par Cristiano Ronaldo et Lionel Messi, traînent la savate en sélection ou démissionnent.

Et puis il y a aussi cette autre catégorie de joueurs : ceux qui passent inaperçus toute l'année en club mais qui prennent la lumière lors des Coupes du monde et des coupes d'Europe. La Grèce, championne d'Europe en 2004, profita de cette rareté. Ainsi son buteur Angelos Charisteas, médiocre dans tous les clubs où il est passé, est devenu un héros national. Cet Euro 2016 compte des joueurs de cette veine.

Sigþórsson, nouveau Charisteas

Comment ne pas citer les joueurs de l'Islande dans la catégorie "mauvais en club, énorme en sélection" ? Kolbeinn Sigþórsson, attaquant héroïque de la "Strákarnir okkar" (surnom de la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant