Euro 2016 - Bleus : Pogba à l'honneur, Payet encore brillant

le
0

Attendus au tournant, Antoine Griezmann et surtout Paul Pogba ont répondu aux critiques avec un bon match. Mais les deux joueurs n’ont pas marqué. Pas plus que Payet, entré en fin de rencontre. Le Réunionnais a encore été remarquable à défaut de la mettre au fond. 

[fpvideo mediaid='digiteka' url='http://www.ultimedia.com/deliver/generic/iframe/mdtk/01896197/zone/1/showtitle/1/src/uxfmuk'] DE NOTRE ENVOYE SPECIAL AU STADE PIERRE-MAUROY DE LILLE METROPOLE Écartées contre l’Albanie après un premier match moyen contre la Roumanie, les deux stars annoncées de l’équipe de France, Paul Pogba et Antoine Griezmann, ont retrouvé la case « titulaires ». Entrés ensemble et en grande discussion au retour des vestiaires après la pause, les deux joueurs ont peut-être évoqué leur activité sur la pelouse. Derrière Moussa Sissoko, ils ont été les deux « Blanc et Marine » à courir le plus. Une activité qui s’est agrémentée d’une grosse prestation pour Pogba, présent derrière pour sauver deux occasions franches suisses mais surtout au milieu et devant. Le tout avec de belles occasions, comme cette frappe somptueuse de l’extérieur du gauche sur la barre (17eme) qui a succédé à un premier vicieux mal captée par Yann Sommer (12eme), puis une demi-volée de l’extérieur du gauche qui a mis le gardien suisse à contribution. Avec quelques actions de classe et un jeu plus dépouillé que ces derniers mois, le Turinois répondait aux critiques et éteignait la polémique en mettant ses pieds plus à l’honneur que son bras. Le public pouvait lancer un « Pogba, Pogba », signe que la polémique était oubliée, si tant est qu’aux yeux du public elle ait existé.

Pogba et Griezmann montent en puissance

Pour Antoine Griezmann, la première période fut moins brillante, moins spectaculaire, mais le Madrilène a malgré tout été intéressant, notamment dans la construction, n’hésitant pas à descendre aider son milieu. Devant, ses coups de pied arrêtés, en l’absence de Payet, ont été précis et dangereux, notamment ses corners au premier poteau. Mais il a fallu attendre la seconde mi-temps pour que le finaliste de la dernière Ligue des Champions ne monte un peu en régime. Bien servi par Pogba, qui s’est arraché, Griezmann réussit un superbe une-deux avec Gignac. Sa frappe du droit dans l’axe est sortie par Sommer provoquant la colère du Français (57eme). Ensuite, plus grand chose à se mettre sous la dent pour l’attaquant qui va céder sa place à un quart d’heure de la fin à Matuidi.

Entrée remarquée de Payet

Un changement qui va avoir une influence. Alors que Pogba a lui aussi baissé de pied, l’entrée du joueur du PSG à gauche va pousser le Turinois de l’autre côté. Le droit qui lui plaît moins. Avec Sagna derrière lui et Sissoko, en feu, devant, comme un vrai ailier droit. Il est vrai que l’ancien Toulousain, très en vue, fait très mal à la défense suisse par sa puissance. Mais malgré cela, c’est surtout Payet qui retrouve la lumière depuis son entrée en jeu à la place de Griezmann. Une frappe qui passe à gauche et surtout une merveille de plat du pied droit de volée sur la barre ont rappelé que le meilleur joueur du tournoi côté français est bien le milieu de West Ham. Mais cette fois, il n’aura pas été providentiel. Son dernier coup-franc est frappé dans… Sissoko (88eme) et les Bleus se contentent d’un 0-0 synonyme de première place. Mais pour aller loin, il faudra désormais marquer. On attendra alors beaucoup des trois grands talents de l’équipe pour être les héros de la seconde phase du tournoi. A voir aussi >>> Trois barres, un point et la première place >>> Des changements et des interrogations
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant