Euro 2016. Bacary Sagna : «L'Islande, une leçon d'unité»

le
0
Euro 2016. Bacary Sagna : «L'Islande, une leçon d'unité»
Euro 2016. Bacary Sagna : «L'Islande, une leçon d'unité»

A deux jours du quart de finale contre l'Islande, Bacary Sagna s'est présenté en conférence de presse ce vendredi midi. L'arrière droit de l'équipe de France, 33 ans, passeur décisif contre l'Irlande au tour précédent, s'est livré au fil des question à un décryptage des futurs adversaires des Bleus. Instructif.

 

Le fait de jouer l'Islande dans un Euro à domicile, considérez-vous cela comme une opportunité unique d'aller en demi-finale ?

 

Bacary Sagna. Non. L'Islande mérite d'être à ce stade de la compétition et fait bien partie des meilleures sélections européennes. Il ne faut surtout pas les sous-estimer. Ce que les Islandais ont déjà accompli dans cet Euro doit constituer pour nous une bonne mise en garde. Ils n'ont pas tenu tête à n'importe qui. C'était le Portugal (1-1 en phase de poules) puis l'Angleterre (2-1 en huitièmes de finale) en face.

 

Qu'avez-vous pensé de leur qualification au tour précédent ?

 

Je pensais, pour être honnête, que les Anglais allaient s'imposer. Mais d'une certaine manière, j'étais content que les Islandais l'emportent. Ils ont donné une leçon d'unité à l'équipe d'Angleterre.

 

Quelles sont leurs forces ?

 

L'Islande est une équipe assez compacte, assez physique. A l'image du deuxième but marqué contre l'Angleterre, ils ont d'excellents joueurs et peuvent aussi nous poser problème. Pour beaucoup de personnes, l'Islande est un peu le Leicester de l'Euro. Mais ils méritent totalement d'être là. Dès les éliminatoires, l'Islande a prouvé qu'elle pouvait battre «les gros» comme les Pays-Bas ou la République tchèque.

 

Redoutez-vous leurs longues touches ?

 

Les longues touches font partie de leurs armes mais ce n'est pas la seule. Ils savent jouer et défendre en équipe. Il n'y a pas de travail particulier à faire sur les touches. Il faut juste être très concentré comme on peut l'être sur des situations de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant