Euro 2016 : Allemagne-Italie, aux armes, et caetera

le
0
Au centre, le défenseur italien Leonardo Bonucci, qui a déclaré : « Parce que nous, les Italiens, on ne chante pas l?hymne, on le vit. ».  
Au centre, le défenseur italien Leonardo Bonucci, qui a déclaré : « Parce que nous, les Italiens, on ne chante pas l?hymne, on le vit. ».  

Le quart de finale entre l'Allemagne et l'Italie, prévu dimanche, proposera un choc musical, avant le choc sur la pelouse.

« Parce que nous, les Italiens, on ne chante pas l'hymne, on le vit », a déclaré le défenseur italien Leonardo Bonucci après la victoire de son équipe face à l'Espagne tenante du titre. À l'image de son capitaine emblématique, Gianluigi Buffon, la Squadra Azzurra est véritablement transportée lorsque « Fratelli d'Italia » (« frères d'Italie ») est entonné par tout un stade.

Toutefois, avant la finale de la Coupe du monde 1994 face au Brésil, les joueurs italiens restent muets pendant que l'hymne résonne dans le stade. Entre ces deux matches, que s'est-il donc passé ? « Fratelli d'Italia » a été écrit au cours de l'unification italienne au XIXe siècle. Et dans les années 1990, la Ligue du Nord d'Umberto Bossi fait une entrée tonitruante dans le paysage politique italien. Le parti affiche clairement des convictions séparatistes en militant pour l'indépendance de la Padanie. Son but est de saper l'unité de la Botte. Umberto Bossi s'attaque directement à l'hymne national et au drapeau tricolore, qu'il compare à du « papier toilette ». En réaction, la droite et la gauche s'unissent dans la défense de « Fratelli d'Italia », exige une meilleure orchestration qui le rendra populaire. Entre 1999 et 2006, le président Carlo Azeglio Ciampi met tout en...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant