Euro 2016 : à vos marques, prêts, réservez !

le
0
Euro 2016 : à vos marques, prêts, réservez !
Euro 2016 : à vos marques, prêts, réservez !

Le compte à rebours a commencé. Dans un an, jour pour jour, les Bleus donneront le coup d'envoi de l'Euro 2016 au Stade de France. Toutefois, les réjouissances commencent déjà. Depuis ce matin, les passionnés de foot peuvent réserver leurs places pour assister aux 51 matchs de la compétition. Pendant un mois, jusqu'au 10 juillet, 1 million de billets répartis dans les 10 stades de la compétition (sur les 1,8 million destiné au grand public) sont mis en vente.

« Il n'y aura pas de rattrapage, indique Jacques Lambert, président du comité d'organisation de l'Euro 2016. Cette commercialisation concerne l'Europe, le monde entier. Il ne faut pas que les Français laissent passer l'opportunité. »

Les 800 000 billets restants seront dispatchés entre les 24 sélections qualifiées (soit environ 33 333 par pays) et commercialisés fin décembre, après le tirage au sort de la phase de groupes. Autant dire que, pour espérer obtenir ce précieux sésame, il vaut mieux s'y mettre dès maintenant.

Un prix d'entrée à 25 € sur 85 % des matchs

Le procédé est relativement simple. D'ici au 10 juillet, et avant un tirage au sort (voir ci-contre), il suffit de se rendre sur la plate-forme de réservation en ligne (Euro2016.fr) de l'UEFA, le seul canal de vente autorisé. Après la création d'un compte, il sera possible de réserver des billets pour les matchs de groupes et tous les matchs de la phase finale. Un acheteur ne peut prétendre à plus de 4 places par match à raison de 1 rencontre par jour. Deux formules sont proposées : acheter des tickets à l'unité ou opter pour le passe « destination », qui offre 2 matchs consécutifs dans un même stade.

Un prix d'entrée à 25 € est proposé sur 85 % des matchs de la compétition (43 sur 51), soit un volume de 250 000 billets. Ce tarif attractif concerne les rencontres de la phase de groupes, à l'exception du match d'ouverture (dont le prix minimal est de 75 ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant