Etude Séralini sur les OGM : les prémisses d'une remise en cause du tout biotechnologique en agricul

le
0
Etude Séralini sur les OGM : les prémisses d'une remise en cause du tout biotechnologique en agricul
Etude Séralini sur les OGM : les prémisses d'une remise en cause du tout biotechnologique en agricul

L'étude publiée par l'équipe de G.E. Séralini dans la revue scientifique " Food and Chemical Toxicology " est la première de cette ampleur analysant les impacts sur la santé d'un OGM (le maïs NK 603) et d'un herbicide (le Round up). Elle remet sur le devant de la scène le débat public sur les OGM qu'agences sanitaires, gouvernements et entreprises semencières tentent par tous les moyens d'étouffer.

Comme l'innocuité ou la dangerosité des OGM n'ont jamais été sérieusement étudiées, les travaux et la publication de l'équipe de G.E. Séralini sont un pavé dans la mare biotechnologique. Nature & Progrès espère cette fois que la courageuse équipe de chercheurs n'aura pas trop à pâtir de la stigmatisation dont souffrent, avec une récurrence têtue, tous les scientifiques ayant osé mettre en doute la supposée innocuité des OGM (1) ; laquelle ne repose pourtant, faut-il le rappeler, QUE sur des études de 3 mois, fournies de surcroît par les firmes biotechnologiques elles-mêmes !

Les travaux de G.E. Séralini, menés sur 2 ans - et leurs inquiétants résultats ! - constituent un signal fort sur la nécessité de mener une recherche qui soit digne de ce nom. Car partout en Europe, les crédits consacrés à la recherche publique sont réduits, ce qui conduit les chercheurs à trouver des financements auprès de grands groupes privés ou de fondations. Sachant cela, doit-on s'étonner que seules les biotechnologies soient mises en avant pour

(...) Lire la suite de l'article
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant