"Être un grand blond en Chine, ce n'est pas discret"

le
0
"Être un grand blond en Chine, ce n'est pas discret"
"Être un grand blond en Chine, ce n'est pas discret"

Juste avant le tirage au sort de l'Euro, SoFoot est allé prendre des nouvelles d'Eidur Guðjohnsen. De Reykjavik à la Chine, en passant par Monaco, Eidur fait le bilan, calmement.

Eidur, tout d'abord, comment vas-tu ? Je vais très bien. La saison chinoise s'est terminée il y a quelques semaines. Je suis actuellement en vacances en Islande. Je m'entraîne un peu pour garder la forme.

Ton contrat en Chine va s'achever. Quel tournant vas-tu donner à ta carrière ? Je ne pense pas rester en Chine. C'est très différent là-bas. C'était une expérience intéressante, une véritable aventure, mais j'aimerais revenir en Europe. Je veux me battre pour décrocher ma place en sélection nationale et participer à l'Euro.

À 37 ans, penses-tu à la retraite ? À mon âge, je suis forcément plus proche de la fin que du début, mais j'ai encore envie. Je me sens bien et je suis motivé, donc j'en profite. J'aime aller à l'entraînement, jouer les matchs. Tant que j'aurai ce plaisir et que mon corps me permettra de jouer, je ne m'arrêterai pas.

Tu as derrière toi une carrière longue de plus de 20 ans, dans 8 pays différents. Quels souvenirs t'ont le plus marqué ? Il y a eu beaucoup de hauts et de bas, comme dans toutes les carrières aussi longues. J'ai connu des débuts fantastiques au PSV, mais j'ai aussi été gravement blessé à cette période. Je n'étais pas sûr de pouvoir continuer ma carrière. J'ai vécu des années formidables à Chelsea. C'est plus qu'une équipe de football pour moi. Là-bas, je suis devenu un homme autant sur le terrain que dans la vie. Et la culture footballistique en Angleterre… C'est du bonheur. Pouvoir jouer à Barcelone a également été un très grand honneur. J'ai eu des périodes moins fastes par la suite, mon adaptation n'a pas été facile à Monaco. Après, j'ai enchaîné les clubs, en Grèce notamment où j'ai encore été blessé. En Belgique, j'ai repris goût à jouer, c'était une bonne expérience. Puis l'année dernière, retourner à Bolton, mon premier amour anglais, m'a fait beaucoup de bien.

Puis tu es allé en Chine cette saison, ça doit changer ? Oui. Beaucoup. J'ai vécu un véritable choc culturel. C'était étrange, mais excitant. Je me concentrais sur le football, et j'ai pris du plaisir à découvrir ce championnat. J'ai été très surpris. Le football devient important là-bas, les gens en sont…








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant