" Être ultra n'est pas incompatible avec le PSG"

le
0
" Être ultra n'est pas incompatible avec le PSG"
" Être ultra n'est pas incompatible avec le PSG"

Créé en février dernier, le collectif ultra Paris (CUP) regroupe déjà plus de 1 000 adhérents. Ses membres ont connu, à travers différents groupes, les difficultés de la contestation : places annulées, interdiction d'accès au Parc des Princes, interdiction d'accès au parcage visiteur, blocages de bus... Ils sont pour beaucoup sur la blacklist du PSG, mais ont décidé, sous une nouvelle bannière commune, de réunir leurs forces pour gagner en crédibilité et ainsi renouer le dialogue avec le club de la capitale. Leur objectif : répondre aux attentes de Nasser Al-Khaleïfi qui souhaite un retour de l'ambiance au Parc des Princes. Rencontre avec Romain, porte-parole du collectif Ultra Paris, accompagné de James, membre du collectif et porte-parole de l'association ADAJIS.

Samedi soir, c'était la finale de la Coupe de France PSG-OM, mais votre principale action se déroulait plus tôt dans l'après-midi près des Tuileries ?
Romain : Une action était en effet prévue dans l'après-midi devant un hôtel particulier qui appartient aux Qataris près des Tuileries. On a chanté devant l'hôtel pour essayer d'alerter les responsables qataris sur nos revendications. On était plus de 200 et tout s'est bien passé. Ensuite, on savait que si on annonçait que le Collectif allait au stade de France, le PSG et les autorités feraient tout pour nous bloquer comme à chaque fois. Du coup, tout le monde avait pris des places et s'est rendu au stade à titre individuel et on s'est ensuite rassemblé autant que possible dans le virage réservé aux Parisiens. Je pense que le PSG a vu que même à 300, organisés comme on pouvait, on a réussi à faire chanter toute la tribune.
James : Sans mégaphone, l'ambiance a été plutôt bonne, et les gens autour étaient contents qu'il y ait une telle ferveur.

Pourtant, la sécurité a été pointée du doigt sur ce match…
James : Il ne faut pas confondre la responsabilité collective et les responsabilités individuelles. Si on ne donne pas la possibilité au collectif de s'organiser, d'avoir un espace réservé, on ne peut pas lui reprocher d'être responsable de ce qui s'est passé.

Le collectif ultra Paris a été fondé en février dernier, pouvez-vous présenter les différentes entités qu'il regroupe ?
Romain :
« On a décidé de se rassembler, après des discussions entre ces différentes entités, pour réunir nos forces, être plus crédibles par rapport au PSG. »Romain
En fait, le collectif regroupe tous les anciens groupes du virage Auteuil qui sont encore présents, toutes les entités qui se sont créées pendant la contestation de la politique du PSG et pas mal de supporters plus lambda qui gravitent autour des groupes ou sont mêmes pour certains abonnés actuellement au Parc des Princes en tribune Auteuil ou Boulogne. C'est presque l'ensemble des supporters parisiens actifs encore présents…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant