Etiquetage énergétique: plus de 50% d'appareils non conformes

le
0
L'étiquetage énergétique pour les biens d'équipement de la maison est apparu en 1994. Un affichage commun à tous les membres de l'Union européenne et obligatoire a été mis en place en 2010. (Neirfy/shutterstock.com)
L'étiquetage énergétique pour les biens d'équipement de la maison est apparu en 1994. Un affichage commun à tous les membres de l'Union européenne et obligatoire a été mis en place en 2010. (Neirfy/shutterstock.com)

(AFP) - Plus de la moitié (56%) des appareils électroménagers vendus en grandes surfaces, boutiques spécialisées ou sur internet en France se révèlent avoir un étiquetage absent ou illisible en matière de consommation énergétique, révèle mardi une enquête de l'UFC-Que Choisir.

Les magasins physiques apparaissent toutefois meilleurs élèves, avec un taux de conformité de 70%, que les vendeurs sur internet chez qui l'affichage apparait défaillant dans 90% des cas, note l'association de consommateurs.

L'étiquetage énergétique pour les biens d'équipement de la maison est apparu en 1994. Un affichage commun à tous les membres de l'Union européenne et obligatoire a été mis en place en 2010.

Il permet aux consommateurs de comparer les produits de différentes catégories en indiquant leur niveau d'impact en matière de consommation d'énergie ou encore d'eau, d'émissions polluantes, de gaz à effet de serre et de pollution sonore. La classification s'étale de A+++, pour les produits les plus sobres, à G, pour les plus énergivores.

Cet affichage est à la fois de la responsabilité des distributeurs, qui sont tenus de l'apposer de manière claire sur tous les produits qu'ils commercialisent, et des fabricants qui doivent fournir la fameuse étiquette contenant les informations énergétiques de chaque appareil.

Sur les 3.400 produits (réfrigérateurs, téléviseurs, machine à laver, fours, aspirateurs...) ayant fait l'objet de contrôles de la part des enquêteurs de l'UFC sur une période s'étalant de décembre 2013 à avril 2015, 56% d'entre eux présentaient un affichage non conforme.

La France se situe ainsi en dessous de la moyenne européenne, qui totalise un taux d'étiquetage énergétique non-conforme de 48% sur 70.712 produits contrôlés, note l'UFC.

Concernant les magasins physiques (20 enseignes étudiées), 2.000 produits ont été étudiés. 20% d'entre eux n'affichaient aucune étiquetage. "Si l'on ajoute les étiquettes placées dans des endroits invisibles pour le consommateur (à l'intérieur du four ou du lave-vaisselle) ou présentes dans des formats incorrects et donc illisibles (copie en noir et blanc, échelle sans présence de la classe énergétique...), le taux de non-conformité est supérieur à un quart", indique l'enquête.

Sur internet en revanche, "les résultats des relevés en ligne sont effarants, avec un taux de non-conformité qui oscille autour des 90%" sur les 12 sites étudiés, annonce l'UFC-Que Choisir.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant