Etihad annule de nouvelles commandes d'Airbus A350

le
0
Etihad annule de nouvelles commandes d'Airbus A350
Etihad annule de nouvelles commandes d'Airbus A350

PARIS (Reuters) - Airbus a subi un nouveau revers concernant son futur long courrier A350 avec l'annulation par la compagnie du Golfe Etihad de sept unités de l'A350-1000, la plus grande version de l'appareil, pour une valeur de 2,3 milliards de dollars (1,8 milliard d'euros) aux prix catalogue actuels.

La compagnie d'Abu Dhabi a désormais divisé par deux ses commandes pour l'A350-1000, passant de 25 en novembre à 12 fin avril, selon les données mensuelles de l'avionneur européen publiées lundi.

La filiale du groupe d'aérospatiale et de défense européen n'a pas vendu une seule unité de la plus grande des trois versions de l'A350 depuis l'amélioration de sa conception annoncée en juin 2011, notamment à l'aide d'un moteur plus puissant de Rolls-Royce.

L'américain Boeing a de son côté engrangé des commandes record pour son 777 concurrent.

Airbus s'est montré confiant dans le potentiel de commandes pour l'A350-1000, soulignant que sa seule difficulté résidait dans le manque de créneaux de livraisons disponibles avant 2018 ou 2019.

"L'A350-1000 est systématiquement plus performant que le 777-300ER (de Boeing). Il reliera le monde avec 25% d'économies de kérosène", a argué un porte-parole d'Airbus.

Etihad n'était pas immédiatement disponible pour commenter.

Airbus a repoussé en juin dernier de deux ans le développement de l'A350-1000, dont la mise en service est désormais attendue à la mi-2017.

L'A350-800, la plus petite version de 270 passagers, n'arrivera pas sur le marché avant la mi-2016, soit également deux ans plus tard que prévu. La mise en service de la version de loin la mieux vendue, l'A350-900 de 314 passagers, reste, elle, prévue pour le premier semestre 2014.

Alors que les deux plus petites versions de l'A350 visent à concurrencer le Boeing 787 Dreamliner, l'A350-1000 est destiné à attaquer le 777-300ER, un modèle plus ancien de l'avionneur américain, leader sur son segment de marché.

Le 777, datant des années 1990, permet de transporter 365 passagers dans une configuration normale sur des vols long-courrier.

Certains clients de l'A350 comme Qatar Airways et Emirates, la compagnie de Dubai, ont reproché à l'A350-1000, qui vaut 320 millions de dollars, de ne pas proposer une vraie rupture comparé à l'avion de Boeing.

L'avionneur américain envisage de lancer vers la fin de la décennie une version améliorée de son 777 avec de nouvelles ailes et de nouveaux moteurs.

DÉBUT D'ANNÉE EN DEMI-TEINTE POUR AIRBUS

Etihad avait passé commande pour ses A350-1000 en juillet 2008, estimant qu'il figurerait parmi les avions les plus efficaces du monde.

Cette annulation intervient après un début d'année en demi-teinte pour Airbus, qui avait dominé le marché en 2011 grâce à la version améliorée de son monocouloir A320, destiné aux vols court-courrier.

Boeing tente de rattraper son retard sur ce segment-là du marché, le plus porteur, avec une nouvelle version de son 777.

Airbus a engrangé 12 commandes d'avions en avril, portant le total depuis le début de l'année à 112 unités, soit 95 commandes nettes (après annulations).

L'avionneur européen a livré 183 appareils en janvier-avril, parmi lesquels cinq très gros porteurs A380 dont il compte livrer une trentaine d'unités cette année.

Au total, Airbus anticipe 600-650 commandes brutes d'avions en 2012, après un record de 1.608 en 2011, et 570 livraisons contre 534 en 2011.

Boeing a engrangé 444 commandes brutes entre le début de l'année et le 1er mai, soit un total net de 415.

L'action EADS perd 0,12% à 29,495 euros vers 12h35, à comparer à un recul de 0,2% du CAC-40.

Tim Hepher et Cyril Altmeyer, édité par Gwénaëlle Barzic

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant