Ethos milite pour une réforme de la gouvernance

le
0
(NEWSManagers.com) -

A l'occasion de la récente publication de son étude annuelle sur les rémunérations 2010 des instances dirigeantes des sociétés cotées suisses, la fondation Ethos observe que malgré l'augmentation du nombre de sociétés qui acceptent dorénavant un vote " Say on Pay" , de nombreuses sociétés s'y opposent encore. Ce qui montre que l'autorégulation en matière de rémunération fonctionne mal.

La plupart des sociétés argumentent qu'elles ne vont pas modifier leur pratique tant que la loi ne l'impose pas. Pour Dominique Biedermann, directeur de la Fondation Ethos, " nos lois, codes et directives ne sont plus adaptés à la situation actuelle en matière de rémunération des instances dirigeantes. Une révision de la loi sur les sociétés, du Code de bonne pratique d'Economie suisse, ainsi que de la Directive de la Bourse suisse relative à la transparence en matière de gouvernement d'entreprise est devenue urgente" .
L'étude sur les rémunérations montre notamment que la rétribution totale versée aux instances dirigeantes des sociétés financières a augmenté de près de 8% alors qu'elle est restée pratiquement stable dans les autres secteurs. L'étude indique également que 56% des sociétés étudiées ont proposé un vote consultatif sur les rémunérations lors des assemblées générales 2011. Elles n'étaient que 38% l'an dernier. Malgré cette progression, l'autorégulation en matière de rémunérations ne semble pas fonctionner. D'où l'appel de la fondation en faveur d'une révision des textes.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant