États-Unis : y a-t-il quelque chose en nous de Trump ?

le
0
Et si, à quelques jours de la présidentielle américaine, on cessait de se contenter de voir Donald Trump comme un imbécile, un raciste, un sordide personnage qui ne connaît rien au monde ? 
Et si, à quelques jours de la présidentielle américaine, on cessait de se contenter de voir Donald Trump comme un imbécile, un raciste, un sordide personnage qui ne connaît rien au monde ? 

Et si, à quelques jours de la présidentielle américaine, on cessait de se contenter de voir Donald Trump comme un imbécile, un raciste, un sordide personnage qui ne connaît rien au monde ? C'est à peu près la question que s'est posée Laure Mandeville quand elle a décidé de travailler sur cet étrange candidat.

La journaliste, qui connaît parfaitement les États-Unis pour les avoir sillonnés pendant des années pour Le Figaro comme correspondante, a voulu comprendre ce qui ne tournait pas rond dans la vie politique made in USA. Oh, bien sûr, elle n'a pas la moindre sympathie pour le fou furieux qui a dynamité le Parti républicain, et plus largement tous les canons de la politique américaine. Mandeville n'est dupe ni des combats de Trump contre l'élite (à laquelle il appartient depuis toujours, mais avec un pas de côté), ni du story-telling qu'il prend soin de ciseler depuis des mois pour dresser un tableau idyllique de son parcours, effaçant innombrables zones d'ombres et improbables cachotteries.

Dark Vador ?

La journaliste refuse de voir Hillary Clinton comme une princesse Leia (Star Wars) bataillant contre Dark Vador et les forces du mal. Elle dépasse l'indignation que suscite ce candidat qui peut dire n'importe quoi à tout propos. Elle essaye simplement de comprendre ce que Trump nous dit de l'Amérique. Plus précisément d'une partie de l'Amérique, blessée et meurtrie, et qui ne sait plus...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant