Etats-Unis : visite historique de Shinzo Abe à Pearl Harbor

le
0
Etats-Unis : visite historique de Shinzo Abe à Pearl Harbor
Etats-Unis : visite historique de Shinzo Abe à Pearl Harbor

Le Premier ministre japonais Shinzo Abe se rend mardi à Pearl Harbor, sur l'archipel d'Hawaï, théâtre il y a 75 ans d'une attaque qui secoua l'Amérique, pour démontrer la «force immense de la réconciliation». Au moment où Donald Trump, qui accèdera à la Maison Blanche le 20 janvier, multiplie les déclarations imprévisibles et contradictoires sur ses futures orientations diplomatiques, Shinzo Abe et Barack Obama veulent mettre en relief la singularité de l'alliance Washington-Tokyo.

 

C'est la première fois qu'un Premier ministre japonais se rend sur le mémorial USS Arizona, construit au début des années 1960 pour honorer les 1177 Américains qui périrent lorsque l'impressionnant cuirassé fut détruit par l'aviation nippone. Shinzo Abe et Barack Obama rejoindront en milieu de journée, par bateau, ce lieu de mémoire aux lignes épurées, ouvert sur la mer et le ciel, qui a été construit juste au-dessus de l'épave rouillée. En se retrouvant à Pearl Harbor, au milieu du Pacifique, sept mois après Hiroshima - deux événements qui marquèrent le début et la fin de l'affrontement entre les Etats-Unis et le Japon impérial - les deux dirigeants veulent rendre hommage aux victimes et afficher leur unité de vue.

 

LIRE AUSSI. DANS LE RETRO. Le 6 août 1945, Hiroshima disparaissait

 

VIDEO. Shinzo Abe se rend mardi à Pearl Harbor

 

Trump n'exclue pas de relancer «une course aux armements» 

 

A Honolulu, où la saison touristique bat son plein, les lieux de mémoire sont nombreux mais «le jour d'infamie» dont parla Franklin D. Roosevelt appartient résolument aux livres d'histoire. «Hawaï a une population multiethnique avec une forte composante japonaise», rappelle Stanley Chang, 34 ans, qui vient de faire son entrée au sénat de l'Etat de Hawaï. «Je ne pense pas qu'il existe ici le moindre sentiment d'antipathie vis-à-vis des Japonais, 75 ans après l'attaque», explique-t-il, tout en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant