Etats-Unis: vidéos et réseaux sociaux changent la perception du maintien de l'ordre

le
0
Etats-Unis: vidéos et réseaux sociaux changent la perception du maintien de l'ordre
Etats-Unis: vidéos et réseaux sociaux changent la perception du maintien de l'ordre

C'est devenu presque courant: un homme ou une femme noirs meurent sous les balles de la police, leurs derniers instants sont captés dans des vidéos diffusées aussitôt sur les réseaux sociaux, alimentant les accusations de préjugés ou de brutalités par la police américaine."Ce que l'on qualifie de brutalités ou mauvais comportements par la police est matière à interprétation, et jusqu'à présent c'étaient les services de police et les gros bonnets" qui s'en chargeaient, explique Christopher Schneider, professeur de sociologie à la Brandon University au Canada et auteur du livre "Policing and Social Media" (le maintien de l'ordre et les réseaux sociaux), sorti cette année."Mais maintenant ces vidéos sont mises en ligne immédiatement après l'incident et les brutalités peuvent être jugées par nous tous", souligne-t-il.En l'occurrence, deux vidéos ont montré cette semaine la mort de deux Noirs sous les balles de la police, mardi en Louisiane et mercredi dans le Minnesota, ce qui a beaucoup choqué l'Amérique."Les enregistrements (de vidéos) ont accru la prise de conscience des gens" de ces affaires, a souligné le président Barack Obama samedi depuis Varsovie.Ces vidéos de supposés "journalistes citoyens" sont récentes, la plus ancienne datant de 1991 quand elle avait montré le chauffeur de taxi Rodney King se faire battre par la police, ce qui avait déclenché des émeutes à Los Angeles.Mais aujourd'hui elles se répandent très rapidement grâce aux smartphones qui peuvent diffuser des vidéos en direct sur Facebook ou Twitter."Des journalistes citoyens avaient attiré l'attention des médias sur le Printemps arabe par exemple, et maintenant ils rendent le même service au débat racial et policier aux Etats-Unis", estime David Uberti, collaborateur à la revue Columbia Journalism.M. Schneider, qui a étudié des services de police aux Etats-Unis et au Canada, estime que les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant