États-Unis : vague républicaine au Congrès américain

le
0
Barack Obama, président des États-Unis.
Barack Obama, président des États-Unis.

Nancy Pelosi, le leader démocrate de la Chambre, l'avait prédit d'un air morose en début de soirée : ce sera "une nuit difficile". Mais relativement courte. À 23 h 30, on annonçait que la Caroline du Sud, un des États-clés, siège d'une bataille épique, était tombée dans l'escarcelle républicaine, donnant sans surprise aux républicains la majorité au Sénat, huit ans après l'avoir perdue. Ils conservent aussi leur majorité à la Chambre des représentants, et la confortent même. Une victoire sans appel après une campagne qui aura coûté quelque quatre milliards de dollars. Un record.

Il n'est pas inhabituel pour le parti du président de perdre des sièges aux élections de mi-mandat. En 2006, les républicains s'étaient fait laminer au Sénat à la suite d'une vague de mécontentement contre le président Bush. Cette fois, les électeurs ont sanctionné Barack Obama. Les sondages à la sortie des urnes ont mis en évidence une grosse grogne et un malaise à l'égard de l'administration mais aussi des crises multiples, l'État islamique, Ebola et surtout la situation économique. Qu'importe si l'économie se porte mieux, si le taux de chômage est au plus bas depuis six ans, si dis millions d'Américains bénéficient d'une assurance santé...

Candidats "présentables"

Les démocrates ont pâti aussi du départ d'un certain nombre de sénateurs. Un peu plus tôt dans la journée, le président, dans une émission radio, avait confié que la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant