Etats-Unis : une lettre piégée adressée à Obama

le
0
Etats-Unis : une lettre piégée adressée à Obama
Etats-Unis : une lettre piégée adressée à Obama
Une lettre contenant de la ricine, une substance hautement toxique, a été adressée à Barack Obama. Elle a été interceptée mardi au centre de tri postal de la Maison Blanche, en dehors du complexe présidentiel, a annoncé mercredi le Secret Service, la police d'élite protégeant le président américain. Aucun lien n'avait été pour l'heure été établi avec le double attentat de Boston.

«Ce centre examine de façon habituelle les lettres ou paquets qui nécessitent un examen supplémentaire ou des analyses scientifiques avant d'être livrés, a expliqué Edwin Donovan, porte-parole du Secret Service qui a placé la missive en quarantaine. Elle a été «testée positive à la ricine» lors d'examens préliminaires, a indiqué le FBI. Des analyses complémentaires sont en cours pour confirmer la présence du poison.

Un sénateur républicain reçoit un courrier contenant ce poison

Lundi, une missive adressée cette fois au sénateur républicain Roger Wicker contenait également ce poison. Cet élu du Mississippi avait voté, la semaine dernière, en faveur de l'ouverture des débats au Sénat sur la réforme de la législation sur les armes, avec 15 autres élus de son parti. Ce qui aurait pu provoquer l'envoi de cette lettre, selon les enquêteurs. Inhalée, la ricine peut provoquer des troubles respiratoires fatals.

Ces développements interviennent dans la foulée du double attentat à la bombe de Boston (Massachusetts) qui a fait trois morts et plus de 170 blessés lundi et dont le ou les auteurs n'ont pas été identifiés. Mercredi soir, on annonçait l'arrestation d'un suspect. «Le Secret Service travaille étroitement avec la police du Congrès et le FBI (la police fédérale) dans cette enquête», a assuré Edwin Donovan.

Des précédents qui n'ont pas fait de victime aux Etats-Unis

Entre novembre 2003 et février 2004, le Sénat américain et la Maison Blanche avaient été les cibles d'une attaque à la ricine,...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant