Etats-Unis : un marchand de grands crus français condamné pour fraude

le
1
Etats-Unis : un marchand de grands crus français condamné pour fraude
Etats-Unis : un marchand de grands crus français condamné pour fraude

Rudy Kurniawan, l'un des plus grands experts en vins au monde, a écopé ce jeudi de 10 ans de prison jeudi par la justice américaine pour avoir contrefait des grands crus français. Cet Indonésien de 37 ans a été condamné par la justice américaine pour avoir amassé plusieurs dizaines de millions de dollars en revendant comme des grands crus authentiques des mélanges de vins de moindre qualité.

A l'issue du procès, le juge Richard Berman a déclaré qu'il s'agissait d'une «fraude économique très sérieuse, une manipulation des marchés américain et internationaux». Celui qui avait été un temps considéré comme l'un des cinq plus grands experts en vin du monde a écouté la sentence sans broncher. Tout juste a-t-il murmuré être «désolé pour ce que j'ai fait» lors de l'énoncé du verdict.

Le docteur «Conti» envoyé en prison

Malgré les réquisitions du parquet new-yorkais, entre 11 et 14 ans de prison, le faussaire a bénéficié d'une peine de 10 ans de prison. Au terme d'un procès de deux ans, ajourné quatre fois, la justice américaine a identifié sept victimes, à qui l'expert en vin devra payer près de 28,5 millions de dollars afin de réparer les pertes occasionnées.

Il faut dire que le faussaire n'avait pas lésiné sur les grands noms pour attirer de riches clients. Les témoignages lors du procès de Rudy Kurniawan laissent ainsi entendre que le producteur indonésien aurait par exemple vendu deux prétendues bouteilles de Romanée-Conti du cru 1934 au prix de 20 000 dollars. Il aurait par ailleurs conclu la vente de faux magnums de Chateau-Petrus 1947 pour la modique somme de 30 000 dollars avant de s'essayer à la vente de bouteilles de Clos Saint-Denis (bourgogne) des années 1940 à 1950.

Lors du procès, l'accusation avait produit une multitude d'éléments accablants contre l'ancien marchand de vins, accusé d'avoir monté chez lui, à Arcadia en Californie, un véritable laboratoire de contrefaçon, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jobaca le mercredi 20 aout 2014 à 17:44

    Voilà qui dissuade encore plus d'investir dans le vin quand on n'y connait rien...http://www.en-bourse.fr/investir-dans-le-vin-non-merci/