Etats-Unis : un fabricant d'opiacés sanctionné pour avoir alimenté l'addiction

le
0
Etats-Unis : un fabricant d'opiacés sanctionné pour avoir alimenté l'addiction
Etats-Unis : un fabricant d'opiacés sanctionné pour avoir alimenté l'addiction

Les laboratoires Mallinckrodt Pharmaceuticals vont payer une amende de 35 millions de dollars pour avoir honoré des commandes très importantes de leur médicament Oxycodone, alors que les Etats-Unis sont en proie à une crise de la dépendance aux opiacés. Le montant de l'amende représente 7,2% du bénéfice net de la société en 2016.

 

Mallinckrodt, qui fabrique des médicaments aux Etats-Unis mais dont le siège se trouve à Londres, était visé depuis 2011 par une enquête de l'agence anti-drogue américaine (DEA). Motif : elle avait expédié d'importantes quantités d'Oxycodone par le biais de distributeurs vers de petites villes ne pouvant selon toute vraisemblance générer une telle demande.

 

Le ministère américain de la Justice a expliqué que la société avait accepté cette sanction pécuniaire afin d'éteindre les accusations selon lesquelles elle n'avait pas signalé à l'Agence américaine du médicament (FDA) des commandes suspectes émanant notamment de pharmacies en Floride.

 

60 000 décès l'an dernier 

 

La livraison quasi-incontrôlée de millions de doses d'opiacés dans des villes américaines par de gros fabricants de médicaments au cours de la décennie écoulée est considérée comme responsable de la forte recrudescence des cas de dépendance et des décès, estimés à 60 000 l'an dernier, liés à ces substances.

 

> A LIRE AUSSI. Etats-Unis : 5 groupes pharmaceutiques accusés de cacher les dangers des opiacés

 

Le ministre de la Justice Jeff Sessions a expliqué dans un discours mardi que les Etats-Unis avaient «payé un prix extrêmement lourd à la consommation abusive de médicaments». «Nous l'avons payé en relations brisées et en vies brisées, et avec des taux de mortalité jamais vus auparavant», a-t-il poursuivi. De son côté, l'entreprise fait part de son désaccord concernant les accusations et nie toute infraction. 

 

«Nous sommes fiers du fait que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant