Etats-Unis : un conseiller de Trump cité dans une enquête anticorruption en Ukraine

le , mis à jour à 20:38
0
Etats-Unis : un conseiller de Trump cité dans une enquête anticorruption en Ukraine
Etats-Unis : un conseiller de Trump cité dans une enquête anticorruption en Ukraine

L'histoire fait tache alors que la course pour la présidentielle américaine est déjà bien lancée. Le directeur de campagne de Donald Trump, l'influent Paul Manafort, aurait été le bénéficiaire de versements illégaux de millions de dollars en liquide de la part de l'ancien président ukrainien Victor Ianoukovitch, affirme ce lundi le New York Times.

 

 Le lobbyiste patenté a catégoriquement démenti ces accusations, les qualifiant d'« infondées et stupides ».

La candidate démocrate Hillary Clinton a de son côté estimé « troublantes » les révélations du journal et a encouragé Donald Trump à lever le voile sur les liens de certains de ses collaborateurs directs avec le Kremlin ou d'autres intérêts pro-russes.

 

La controverse a pris un tour encore plus piquant du fait que Corey Lewandowski, l'ancien conseiller chargé de la campagne de Trump écarté au profit de Manafort, a tweeté le lien donnant lecture à l'article du New York Times.

 

Plus de 10 millions d'euros

Le nom de Paul Manafort, stratège républicain depuis les années 1970 recruté pour mettre la campagne de Donald Trump en ordre de marche vers la Maison Blanche, figure sur des livres de comptes secrets actuellement aux mains d'enquêteurs gouvernementaux ukrainiens, rapporte le New York Times.

Cette comptabilité du parti de l'ex-président Ianoukovitch, chassé du pouvoir en 2014, fait figurer Paul Manafort comme destinataire de versements cumulant un montant de 12,7 millions de dollars (11,35 millions d'euros) de 2007 à 2012, précise le quotidien. Il n'existe en revanche aucune preuve stipulant que Paul Manafort a effectivement touché ces sommes, ajoute le journal.

 

Artem Sytnyk, qui dirige la nouvelle agence anti-corruption de l'Ukraine, a confirmé la présence du nom de Paul Manafort sur la « liste noire » du parti de l'ancien président Ianoukovitch. Mais, a-t-il poursuivi, « la présence du nom ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant