États-Unis : Twitter et Facebook font église pleine

le
0
Twitter.
Twitter.

Aux États-Unis comme en France, il y en a partout. Des églises immenses en centre ville construites à la fin du XIXe siècle pour accueillir des milliers de fidèles. Mais aujourd'hui, elles sont aux trois quarts vides, en raison de la baisse de fréquentation, mais aussi des migrations de population. À Buffalo, une ville dans l'État de New York, un groupe de catholiques a eu une idée pour remplir les bancs de la messe du dimanche. Il a lancé par l'intermédiaire des réseaux sociaux comme Facebook et Twitter et du bouche à oreille un appel à la mobilisation en appelant à se retrouver dimanche dernier à St John Kanty, une paroisse dans le quartier de Polonia jadis peuplé d'immigrés polonais. Ce grand bâtiment en briques rouges n'accueille habituellement pas plus de 100 à 120 fidèles. Mais ce dimanche, sous les arches néogothiques et les colonnes en marbre, ils étaient 800. On connaissait les "flash mobs", ces rassemblement brefs et soudains de gens dans un lieu public à l'appel d'Internet. Voici maintenant les "mass mobs", jeu de mot intraduisible car "mass" signifie à la fois masse et messe. Le mouvement a démarré à Buffalo, mais se répand dans tout le pays. L'idée est de faire connaître ces lieux de culte souvent historiques. "On s'est dit : ça serait génial de faire venir les gens dans quelques-unes de ces églises catholiques laissées à l'abandon, leur montrer la merveilleuse architecture, les magnifiques vitraux, les fresques,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant