Etats-Unis : tuerie dans un cinéma en Louisiane

le , mis à jour à 08:19
0
Etats-Unis : tuerie dans un cinéma en Louisiane
Etats-Unis : tuerie dans un cinéma en Louisiane

Un homme a ouvert le feu jeudi dans un cinéma de Louisiane, au sud des Etats-Unis, tuant deux personnes et en blessant neuf autres, a annoncé la police. La fusillade a eu lieu dans le cinéma Grand 16 de la ville de Lafayette pendant la projection de la comédie «Crazy Amy». L'homme est un marginal de 59 ans, identifié comme John Russel Houser, qui s'est suicidé quand il s'est aperçu qu'il était cerné par la police, a indiqué vendredi Jim Craft, le chef de la police de la ville de Lafayette. Une centaine de personnes assistaient à la séance, selon des témoins.

Polly Mosendz, une journaliste américaine, travaillant à Newsweek a tweeté une photo de l'homme identifié par la police comme le tireur.

From LinkedIn: gunman John Houser was a radio host, real estate investor, Christian college grad #LafayetteShooting pic.twitter.com/qI8OblqQoi— Polly Mosendz (@polly) 24 Juillet 2015

«Il paraît certain qu'il avait l'intention de tirer et de prendre la fuite, mais comme la réponse des forces de l'ordre a été très rapide, il a dû retourner à l'intérieur du cinéma et c'est là qu'il s'est suicidé par balle», a déclaré Jim Craft, le chef de la police lors d'une conférence de presse. Le chef de la police locale a précisé que quatre policiers avaient pu entrer dans le cinéma peu après 19h30 (2h30 en France) et qu'ils avaient entendu des coups de feux puis découvert le corps du tireur décédé sur place.

Des images de télévision montraient des dizaines de voitures de police et d'ambulances devant le cinéma. Les blessés ont été transportés à l'hôpital, a dit Clay Henry, du service Acadian Ambulance, à la chaîne de télévision CNN. Trois personnes seraient dans un état critique, selon la même source. Une centaine de personnes assistaient à la séance, selon des témoins.

L'actrice Amy Schumer, tête d'affiche de la comédie potache de Judd Apatow projetée au moment de la fusillade, s'est dite «le coeur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant