Etats-Unis : Trump pourrait «tirer sur quelqu'un sans perdre d'électeurs»

le
0
Etats-Unis : Trump pourrait «tirer sur quelqu'un sans perdre d'électeurs»
Etats-Unis : Trump pourrait «tirer sur quelqu'un sans perdre d'électeurs»

Une provocation de plus. Donald Trump, candidat aux primaires du parti républicain pour la prochaine élection présidentielle américaine de novembre, a assuré samedi que tirer sur quelqu'un ne lui ferait pas perdre d'électeurs. 

Dans un pays où la possession des armes est un droit constitutionnel mais où leur utilisation fait régulièrement débat, y compris au niveau présidentiel, en raison de nombreuses tueries, Donald Trump a dressé un parallèle osé entre la fidélité de ses soutiens et les armes à feu, dont il est un ardent défenseur. «Je pourrais me poser au milieu de la Cinquième avenue (à New York) et tirer sur quelqu'un, je ne perdrais pas d'électeurs», a-t-il ainsi déclaré samedi, lors d'un meeting politique dans l'Iowa, premier Etat à organiser des primaires le 1er février. 

Etats-Unis : Trump pourrait «tirer sur quelqu'un sans perdre d'électeurs»

Donald Trump voulait ainsi montrer à quel point ses électeurs lui sont fidèles, contrairement à ceux des autres candidats. «Ce n'est pas moi qui le dis, ce sont les sondages : mes électeurs sont les plus fidèles», déclare-t-il avant de prendre cet exemple extrême selon lequel même s'il tirait en pleine rue sur quelqu'un ses électeurs ne lui feraient pas défaut, eux qui sont «si intelligents». «C'est incroyable», essaye-t-il de tempérer dans la foulée avec un sourire provocateur. «Mes soutiens restent», contrairement à ceux des autres candidats, proclame-t-il, s'appuyant sur des sondages qui feraient part d'une moindre fidélité chez ses adversaires.

Donald Trump fait la course en tête dans les sondages. A l'échelle nationale, il compterait environ 30 points d'avance sur ses plus proches rivaux du parti républicain. Mais dans l'Iowa, les études donnent des résultats beaucoup plus serrés.

Le bêtisier des prétendants à la Maison-Blanche

A l'approche des premiers caucus républicains et démocrates, le 1er février en Iowa, voici un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant