Etats-Unis : Trump nomme des «durs» à la Justice et la Sécurité nationale

le
0
Etats-Unis : Trump nomme des «durs» à la Justice et la Sécurité nationale
Etats-Unis : Trump nomme des «durs» à la Justice et la Sécurité nationale

Après la nominations des conservetaurs Stephen Bannon et Reince Priebus à des postes clés de son administration, le président élu des Etats-Unis Donald Trump confirme sa ligne droitière. Ce vendredi, il a confié le ministère de la Justice à Jeff Sessions, fervent partisan de l'édification d'un mur entre les Etats-Unis et le Mexique. Le futur locataire de la Maison Blanche a offert le poste de conseiller à la sécurité nationale au général Flynn qui fait de la lutte contre l'islam radical une priorité et à Mike Pompeo la direction de la CIA.

 

Jeff Sessions, ministre de la Justice. Natif du sud des Etats-Unis, Jeff Sessions, 69 ans, a représenté l'Alabama au Sénat à partir de 1997 et s'y est illustré durant les présidences de George W. Bush et Barack Obama en s'opposant à plusieurs projets de régularisation de sans-papiers. Il a provoqué une controverse pour des propos racistes tenus il y a plusieurs décennies. En 1986, sa nomination comme juge fédéral avait été rejetée pour cette raison. 

 

Jeff Session est très remonté contre l'immigration illégale, l'un des principaux thèmes de campagne de Donald Trump. Dans une interview diffusée dimanche par la chaîne CBS, le président élu a fait part de son intention d'expulser trois millions de clandestins, les «criminels» qui ont «un casier judiciaire». Pendant la campagne, Donald Trump avait assuré vouloir expulser jusqu'à 11 millions d'immigrés. La nomination de Jeff Sessions doit être approuvée par le Sénat.

 

Mike Pompeo à la tête de la CIA. L’Agence centrale du renseignement sera dirigée par élu républicain du Kansas de 52 ans, membre de la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby des armes à feu. Il est un farouche adversaire du régime iranien et de l'accord international sur le nucléaire signé par les grandes puissances pour empêcher Téhéran de se doter de la bombe.

Il a fait partie de la commission d'enquête du Congrès ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant