Etats-Unis : Tilikum, l'orque tueuse de Sea World, est morte

le
0
Etats-Unis : Tilikum, l'orque tueuse de Sea World, est morte
Etats-Unis : Tilikum, l'orque tueuse de Sea World, est morte

Il était le plus célèbre cétacé de la «famille Seaworld». Tilikum, l'orque mâle de six tonnes responsable de l'attaque qui a tué une dresseuse d'un parc Sea World d'Orlando (Floride), en 2010, est morte. La direction du groupe de parcs d'attractions aquatiques annonce dans un communiqué publié sur son site ce vendredi que «Tilikum est mort tôt ce matin, entouré de ses entraîneurs, soigneurs et vétérinaires qui lui ont prodigué des soins de classe mondiale 24 heures sur 24». 

 

 Les spécialistes du parc ont estimé que le mammifère avait 36 ans au moment de sa mort, «un âge légèrement plus élevé que celui des autres épaulards (des cétacés carnivores de la famille des odontocètes ndlr) de sa région d'origine et équivalent à l'espérance de vie des mâles originaires d'autres régions» affirme SeaWorld.

 

Les causes de la mort seront officiellement dévoilées après une autopsie, ajoute la direction, tout en rappelant que Tilikum souffrait, «comme tous les animaux âgés», de problèmes de santé chroniques. Dans le cas de Tilikum, une infection pulmonaire persistante d'origine bactérienne. «La bactérie suspecte fait partie d'un groupe de bactéries que l'on peut trouver aussi bien dans les eaux et les sols sauvages que dans les milieux zoologiques», ajoute la direction du groupe. 

 

La star de «Blackfish»

 

Une déclaration qui sonne comme une justification avant l'heure, alors que les delphinariums sont de plus en plus décriés par les associations de protection animale, parmi lesquelles la célèbre PETA. Dans le documentaire acclamé «Blackfish» (2013), consacré à l'histoire de Tilikum, Gabriela Cowperthwaite, la réalisatrice pointe la nocivité de la vie en captivité pour les orques et établit un parallèle clair entre maltraitances et attaques meurtrières. 

 

Vidéo. La bande annonce du documentaire «BlackFish» 

 

Des spécialistes et des dresseurs y ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant