Etats-Unis: Snapchat a fait son trou avec ses messages éphémères

le
0
Etats-Unis: Snapchat a fait son trou avec ses messages éphémères
Etats-Unis: Snapchat a fait son trou avec ses messages éphémères

Pour Coral Fairchild, 13 ans, Snapchat l'emporte sur les moyens traditionnels à disposition pour communiquer avec des amis sur internet. Si le message s'avère embarrassant, ce n'est pas grave: il disparaît après quelques secondes.L'adolescente californienne ajoute des moustaches à ses photos ou des bulles façon bande-dessinée avant de les envoyer. "On peut prendre un +selfie+ (autoportrait avec un smartphone, ndlr) et le transformer en princesse ou en licorne", explique-t-elle, "c'est un moyen plus amusant pour se parler".Snapchat a sorti en 2011 la première version d'une application qui permet d'envoyer des photos ou de brèves vidéos qui s'autodétruisent 10 secondes (ou moins) après avoir été regardées.La société californienne a fait parler d'elle récemment quand le Wall Street Journal a rapporté qu'elle avait refusé une offre d'achat à 3 milliards de dollars du plus grand réseau social au monde, Facebook. Ses fondateurs jugent apparemment qu'elle vaut beaucoup plus.Certains médias ont évoqué 400 millions de photos ou de vidéos délivrées quotidiennement par Snapchat, un chiffre qui recouvrirait toutefois le nombre de vues par leurs destinataires et qui pourrait donc comptabiliser plusieurs fois le même message.Le service, destiné surtout aux utilisateurs d'appareils mobiles comme les smartphones, séduit particulièrement les adolescents, une cible de choix pour les réseaux sociaux.Cette popularité a pu faire craindre que l'application donne aux jeunes un faux sentiment de sécurité lors de l'envoi de photos à risque ou de "sextos"."Il n'y a pas de preuve que Snapchat soit utilisé de manière plus imprudente que n'importe quel autre service de messagerie", assure toutefois Matthew Johnson, un responsable de l'ONG canadienne d'éducation numérique MediaSmarts. "En général, les instincts des jeunes sont très bons et ils ont à beaucoup d'égards une gestion des aspects sociaux et ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant